Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Conférence de presse du FNDD


Conférence de presse du FNDD
«La légitimité constitutionnelle ne peut signifier autre chose que le retour de Sidi Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir».


Le meeting du 18 août des soutiens du HCE au stade olympique de Nouakchott devait avoir lieu en même temps que la marche de protestation anti-putschistes du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) qui regroupe six partis politiques dont l’UFP, l’APP et ce qui reste de Adil après les dernières démissions.

Le meeting a eu lieu. La marche a été annulée par les autorités administratives. Pour protester contre ce qui pour lui « reflète la nature unilatérale et autoritaire de l’administration du pouvoir militaire illégitime », le FNDD a tenu une conférence de presse au siège de l’UFP.



C’est par la lettre numéro 00002655 du 18/08/08 que le waly de Nouakchott a informé le FNDD de l’annulation de sa marche de protestation prévue le même jour. Les responsables du Front disent avoir officiellement informé les autorités administratives conformément aux délais précisés par la réglementation en vigueur dans une lettre déposée le 14/08/08.


Pour le FNDD, la décision du wali reflète « la nature unilatérale et autoritaire de l’administration du pouvoir militaire illégitime.»


Le FNDD qui juge la décision du wali dépourvue de toute preuve juridique pouvant justifier l’annulation de la marche, dénonce la concomitance de cette marche avec le meeting « des partisans du coup de force.» Ces partisans qui, selon le FNDD « ont mobilisé l’ensemble des moyens et pouvoirs de l’Etat donnant de la sorte des consignes à toutes les directions en vue de rassembler des fonctionnaires et les travailleurs par l’usage de toutes les formes d’intimidation dont la menace de limogeage et de licenciement.»

Le Front condamne « ce parti pris abusif en faveur du groupe qui soutient le coup de force contre la légitimité constitutionnelle. » Le Front a réitéré son « refus absolu du coup de force du 06 août et ses incidences.» Il a « réaffirmé son total attachement à la légitimité constitutionnelle incarnée par le retour du Président de la République, Sidi Ould Cheikh Abdellahi à son poste. »



« Vieilles méthodes de la dictature militaire »



Le Président de l’UFP, Mohamed Ould Maouloud, qui apparaît de plus en plus comme chef de file des anti-putschs, a noté que le FNDD a décidé de ne pas défier l’interdiction de la marche parce que ses membres se soucient de la stabilité et de la sécurité de la Mauritanie. L’interdiction de la marche, selon lui, dénote « un manque de respect du peuple mauritanien, principale victime du coup d’Etat du 06 août. » Il a aussi fait état d’un processus de « caporalisation de l’ensemble de la société mauritanienne » depuis le coup d’Etat militaire.




Au sujet du meeting des soutiens du haut Conseil d’Etat (HCE) qui se tenait en même temps que la conférence de presse du FNDD, Mohamed Ould Maouloud a dit « que des populations sont entassées dans des bus pour aller jouer un théâtre, du reste pas comique.» cette forme de mobilisation, selon lui, rappelle « de vieilles étapes de la dictature militaire qui use de contrainte de menace et de corruption. »




Mohamed Ould Maouloud a fait état d’une propagande visant à démontrer que « les sociétés musulmanes comme celle de la Mauritanie ne sont pas mures pour jouir de la démocratie.» La démission du Président pakistanais, Musharaf, apporte, selon le président de l’UFP, un démenti à ce genre de réflexion. « Si le peuple est déterminé à reconquérir sa liberté, il y arrive toujours », a martelé Mohamed ould Maouloud, dans un flot d’applaudissement.




Il a ensuite salué la présence à la conférence de presse de l’ex conseiller de Sidi ould Cheikh Abdllahi, Ba Abdoulaye. Ce dernier est l’un des premiers à condamner le coup d’Etat du 06 août par voie de presse. Mohamed Ould Maouloud a aussi fait état du cas de Ishagh, un journaliste de la télévision nationale qui a démissionné pour échapper aux restrictions apportées à la liberté d’expression dans les medias publics.




Les responsables du FNDD ont jugé la prochaine session extraordinaire du parlement « illégale. » Raison : « Seul le Président de la République peut convoquer cette session. »




Khalilou Diagana








« Les justifications du coup d’Etat ont été inventées après coup »



« Envisagez-vous, compte tenu de l’évolution de la situation, un retour à la légalité Constitutionnelle sans Sidi Ould Cheikh Abdellahi ? Ou bien pour vous, son retour est un préalable non négociable ? »



A ces questions, le leader de l’UFP a donné la réponse suivante : « Le coup ‘Etat du 06 août a donné naissance à la confrontation de deux légitimités : la légitimité constitutionnelle, celle du droit et la légitimité de la force, celle du coup d’Etat. La victoire de la seconde consacrera la logique des coups d’Etat. Chaque fois qu’un officier est mécontent du président de la République, il le débarque du pouvoir et on recommence. C’est la voie de l’instabilité permanente. C’est pourquoi nous la combattons pour l’instauration de la stabilité démocratique.




Quant à la légitimité constitutionnelle, elle ne peut signifier autre chose que le retour de Sidi Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir. Tout le reste peut être négocié. Si le point de vue du FNDD s’impose, ça sera l’échec des politiques et des idéologies putschistes. Les arguments avancés pour justifier le coup d’Etat ont été inventés après coup. La principale cause de ce coup d’Etat se trouve dans le communiqué numéro1 qui dit que le limogeage des généraux est annulé. La raison du putsch, c’est ce refus de la décision de limogeage. »




KD
source : Le Quotidien de Nouakchott
Mardi 19 Août 2008 - 17:44
Mardi 19 Août 2008 - 17:49
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589