Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Coup d'Etat en Mauritanie: Faut-il y voir l’ombre d’Ould Vall ?


Coup d'Etat en Mauritanie: Faut-il y voir l’ombre d’Ould Vall ?
Finalement, il n’aura fait qu’un court séjour à la tête de l’Etat mauritanien, lui qui, pourtant, avait été élu à la régulière au terme d’une harassante campagne électorale, il y a une quinzaine de mois. Ainsi, l’armée vient de reprendre de la main droite ce qu’elle a consenti à donner de la main gauche après les joutes oratoires qui ont porté le premier président démocratiquement élu à la tête de ce pays désertique de 1 030 700 km2 et où vivent 3 millions d’âmes.

Mais, si on doit se féliciter du fait que ce nouveau coup n’ait officiellement pas fait d’effusion de sang, nous ne cesserons cependant pas de condamner avec la toute dernière énergie cette prise du pouvoir par la force. Et cette condamnation est d’autant plus fondée que les griefs adressés au président Ould Abdallahi restent des plus fragiles.

Si le putsch qui avait renversé Ould Taya pendant qu’il séjournait dans le Golf avait été présenté comme une réponse idoine à la dictature qu’avait instaurée ce dernier et au manque criard de légitimité de son pouvoir et, mieux, comme le moyen de rompre avec le passé, on ne peut en dire de même de cette nouvelle prise du pouvoir par la force. Quels crimes abominables a-t-il pu bien commettre, ce grand démocrate, pour mériter un coup de force après seulement 18 mois à la tête de l’Etat ?

Il est à penser que les militaires mauritaniens, habitués qu’ils sont depuis à la gestion de la chose publique et au-delà des simples professions de foi, n’entendent aucunement rester tout cois dans le cadre strict d’une armée républicaine. Et, comme on dit, de manière familière, que l’appétit vient en mangeant, c’est à force de manger que ces militaires n’entendent plus quitter la table.

En effet, on se souvient déjà que le 03 août 2005, une junte militaire, menée par Ely Ould Mohamed Vall, directeur général de la Sûreté nationale, et Mohamed Ould Abdelaziz, commandant du Bataillon de sécurité présidentielle (BASEP), s’était emparée du pouvoir d’Etat. Le n°2 de cette junte n’était autre qu’Ould Abdelaziz, le nouveau patron de la république de Mauritanie. Ainsi, de deuxième personnalité de l’Etat au soir du coup d’Etat du 03 août 2005, qui a renversé Ould Taya, le voilà désormais aux commandes du pays.

Est-ce à dire que c’est le tombeur d’Ould Taya qui, par personne interposée, tente de reprendre en main les affaires de l’Etat ou est -ce le simple besoin d’inscrire désormais son nom sur la liste des hommes qui ont eu à diriger la Mauritanie qui a poussé Ould Abdelaziz à usurper le pouvoir d’Etat ?

Véritablement, il serait fort ardu de répondre présentement à cette question, même si certains analystes de la chose politique estiment qu’au-delà de ses manières racées d’authentique démocrate, Ould Vall a remis les clefs de la présidence mauritanienne pour mieux revenir avec force.

Mais à peine le putsch consommé que la junte parle de retour à une vie constitutionnelle normale, comme s’ils redoutaient, après coup, la réprobation internationale. A ce jour, les intentions réelles des nouveaux maîtres de Nouakchott restent bien sibyllines et ce, d’autant plus qu’ils n’ont donné aucune échéance pour regagner la caserne.

Et quand bien même ils fixeraient une date, le plus dur serait de la respecter. Et au cas où ils tiendraient parole, il faudrait, une fois de plus, se triturer les méninges pour trouver les fonds nécessaires à l’organisation de consultations électorales...

De l’argent que l’on jette de nouveau dans l’organisation d’élection et qui aurait pu servir à booster le développement. C’est en cela que, quoiqu’on dise, le coup d’Etat du 06 août crée un véritable gâchis.


Boureima Diallo



____________________
Source: continentalnews
(M) avomm

Vendredi 8 Août 2008 - 13:19
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543