Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

DÉCLARATION de l’Observatoire pour le Règlement- du Passif humanitaire (ORP)


DÉCLARATION



A l’instar des pays Africains, l’Observatoire pour le Règlement- du Passif humanitaire (ORP) des victimes des déportations, exils forcés, exactions extrajudiciaires, arrestations illégales, procès iniques, spoliations et expropriations en Mauritanie de 1986 à 1991, célèbrent la journée internationale des réfugiés et apatrides en solidarité aux cas encore récents des populations de Darfour et du Tchad.

L’histoire des violations individuelles et collectives commises dans notre pays invite les esprits épris de paix et de justice à lancer les jalons de la recherche de solution juste et équitable à la mesure des actes ignobles perpétrés en vers des populations innocentes.

La reconnaissance officielle des faits par le premier magistrat de la République le Président Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi le 29 Juin 2007, est une volonté politique indéniable qui donna le déclic face à l’étouffement exercé sur l’opinion nationale pour ouvrir les débats sur ces questions tabous longtemps mises à l’écart des préoccupations nationales.

L’organisation des journées nationales de concertation et de mobilisation pour le retour des déportés et le règlement du passif humanitaire les 20-21 et 22 Novembre 2007(JNC) avait constitué une étape fondamentale pour la vulgarisation des concertations tout azimut des citoyens Mauritaniens en vers ces épineux problèmes.

Le rapport de synthèse de ces journées relevait des points consensuels sur l’organisation des opérations de retour, l’installation et l’insertion des déportés. Le comité interministériel avait en charge après des consultations ;de mettre en place les structures d’encadrement à savoir la commission nationale d’orientation et de concertation ( CNOC), la Commission Nationale d’Identification( CNI), les démembrements régionaux, départementaux et locaux, les comités locaux des sages et l’Agence Nationale d’Appui et d’Insertion des Réfugiés(ANAIR) dans les quelles les réfugiés et les différents partenaires devaient avoir une représentation conséquente.
A cet égard l’accord tripartite entre la Mauritanie – le Sénégal et le HCR signé le 15 Novembre 2007 à Nouakchott fixait les règles de jeu pour le processus de rapatriement des déportés du Sénégal, et qu’un acte similaire devait lier la Mauritanie - le H CR et le gouvernement du Mali pour les cas de ceux vivants dans ce pays.

L’exécution de ces engagements s’est fourvoyée des promesses officielles. La phase d’identification des réfugiés au Sénégal par le HCR(une phase exécutée sur trois qui étaient prévues) , la très faible implication dans les structures d’encadrement ( deux réfugiés dans la CNOC qui n’ont jamais été convoqué aux deux assises tenues,CNI entièrement administrative , Conseil d’Administration ANAIR 2 réfugiés/19), l’absence de droit d’observation dans les réunions tripartites (prévu par l’article 12 de l’accord tripartite) constituent tant d’éléments qui justifient les dysfonctionnement qui demeurent.

La mobilisation des fonds complémentaires par le HCR pour le profilage des déportés absents à la première phase d’Août 2007, et la prise en compte des éleveurs qui n’ont jamais étaient recensés aideraient à instaurer un climat de confiance avec ces communautés encore en situation de déportés au Sénégal et Mali.

Les opérations d’urgence en faveur des rapatriés menées conjointement par le HCR et ANAIR, connaissent des manquements criants. Les ravitaillements en eau potable, les prises en charge et les soins de santé de proximité, les cours de rattrapage pour les élèves (intégration dans le système éducatif national) ,l’établissement de l’état civil et la restitution de la carte nationale d’identité en un temps limité ,la vétusté l’étroitesse et l’inconvenance des bâches du HCR officiant d’habitat , l’inadéquation des constructions de chambre unique par famille (polygames ou ayant des enfants adultes et/ou mariés), la gestion opaque de l’appui de 700 000 UM /famille orientée vers l’achat de bétail par l’ANAIR , la gestion par option de programme du budget de l’ANAIR( salaires exorbitants des fonctionnaires – volet fonctionnement +45% du budget total), la non prise en charge des cas des retours volontaires durant le régime déchu , les problèmes récurrents de litiges fonciers sont tant de difficultés que les pouvoirs publics et les administrations en charge de la gestion de ce dossier doivent évacuer pour donner confiance aux sceptiques.

Le règlement du passif humanitaire avait connu un débat houleux et contradictoire pendant les JNC. Le modérateur des débats avait conclu par un engagement que les concertations seront continues surtout en vers les victimes, les diverses contributions seront exploitées en vue d’explorer les pistes consensuelles pour la solution de ces violations.

Le déficit de communication et de concertation officielle suscite des inquiétudes de la part des victimes. Les opinions restent attachées au devoir de vérité, de justice, de réparation et de mémoire pour l’Etat et à la nécessité de réconciliation pour renforcer l’unité nationale et consolider la démocratie. En dépit de l’engagement officiel, l’ORP reste :

· Reconnaissante des efforts des organisations internationales, du système des nations unies et de la Commission Nationale des Droits de l’Homme pour baliser le processus de concertation.

· Convaincu que seule une structure indépendante et autonome, constituée de personnalités indépendantes avérées exemptes des évènements en cause de 1986 à 1991, reconnaissant la nécessité de l’abrogation de la loi d’amnistie de Mai 1993 protégeant les bourreaux, qui procédera à des investigations libres et indépendantes en vue de mettre la lumière sur les faits et de faire éclater la justice pour une réhabilitation, réparation et indemnisation juste et équitable des victimes.

Les organisations de victimes regroupées au sein de l’Observatoire pour le Règlement du Passif humanitaire interpellent le Président Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallah :



· Leurs désaccords avec les nominations des caciques du régime déchu et des auteurs d’actes de tortures à des postes de responsabilités clefs et sensibles pour le traitement des dossiers de violation des droits de l’homme.

· L’obligation de la Mauritanie à respecter la convention des Nations Unies contre la torture et l’impunité et les grandes lignes de Robben Island de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) qu’elle a ratifiées

L’observatoire pour le règlement du passif humanitaire, à l’instar des organisations qui le composent affirme sa disponibilité à contribuer d’une manière positive à la recherche des solutions justes et équitables pour le retour des déportés et le règlement du passif humanitaire.



Les ONG signataires :



Collectif des Victimes de la Répression (COVIRE) : Email : covire@yahoo.fr

Comité Directeur des Communautés des Réfugiés Mauritaniens au Sénégal et au Mali (CODIR)

Aide aux Veuves et Orphelins des Militaires Mauritaniens (AVOMM)

Coordination des Anciens Militaires Mauritaniens en Exil (CAMME)

Organisation Contre les Violations des Droits de l’Homme (OVIDH)

Collectif des Opérateurs Economiques Victimes des évènements de 89 (COPECO/89 RIM)

P. Diado

Vendredi 20 Juin 2008 - 16:20
Vendredi 20 Juin 2008 - 17:16
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 591