Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La CVE se souvient des événements douloureux de 89 et exige le règlement des passifs


Il y a 31 ans, jour pour jour, des événements sanglants entre la Mauritanie et le Sénégal entraînaient des milliers de victimes de part et d’autre de la frontière.

En Mauritanie, un gouvernement à la dérive entreprenait une gigantesque opération de déportation, de dépossession et de violences en tous genres contre une partie ciblée de sa population.

Des milliers de personnes furent déportées au Sénégal et au Mali, d’autres virent leurs terres confisquées, leurs biens pillés ; certaines, qui travaillaient dans l’administration ou dans certains corps constitués, furent renvoyées de leurs postes sans indemnités et sans aucune autre forme de procès.

Cette page sombre de l’histoire de la Mauritanie connaîtra son pic avec la sanglante purge opérée entre fin 1990 et début 1991 au sein des forces armées et de sécurité, accouchant les lâches assassinats et pendaisons d’Azlat, de Jreida, ou d’Inal...

Depuis, le cri des suppliciés de Sorimalé ou de Wothié viennent hanter le sommeil d’une Mauritanie qui peine à solder ses passifs.

Malgré un premier retour connu sous son nom pulaar de « Mooyto Kootaa » (« Retour en catimini ») sous Ould Taya, et un second organisé par le Gouvernement du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, le problème reste toujours posé ; plusieurs de ses conséquences n’ayant pas encore été réglées, alors que la persistance de ces conséquences reste un défi à l’unité nationale.

En ces temps où la pandémie du Covid-19 pousse à la solidarité, à l’esprit de fraternité et de dépassement, la Coalition Vivre Ensemble (CVE) interpelle la conscience de tous les citoyens mauritaniens, en général, et l’Etat, en particulier, pour que tout soit mis en œuvre afin de régler définitivement tous les problèmes nés des événements de 1989 ; notamment, par le retour de ceux qui sont restés encore au Sénégal et au Mali, la restitution des terres confisquées, l’indemnisation de ceux dont les biens ont été pillés, la réintégration des fonctionnaires révoqués…

Ce sera aussi l’occasion de solder le passif humanitaire sur la base des quatre Devoirs : Devoir de vérité, Devoir de justice, Devoir de réparation, Devoir de mémoire.

La Mauritanie en a besoin ; la Mauritanie ne peut éternellement souffrir la douleur d’une plaie qui reste sans soin.

Nouakchott, le 23 Avril 2020

La Commission Communication



Source : CVE-Coalition Vivre Ensemble
Dimanche 26 Avril 2020 - 12:19
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 555