Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

"Mauritanie" - Voyage au cœur des hymnes nationaux


L’autre exception, d’autant plus extraordinaire qu’elle est unique, est l’hymne de la Mauritanie.


 "Mauritanie" - Voyage au cœur des hymnes nationaux
A part la Marseillaise, le "God save the Queen" et l’hymne américain il n’y guère que l’hymne russe et israélien et quelques autres parmi ceux de nos voisins qui nous soient un peu connus. Mais si l’on veut bien prendre le temps de se plonger, comme je l’ai fait, au sein des hymnes nationaux du monde entier, des 192 pays recensés par l’ONU, on effectue un voyage musical et historique à la fois passionnant et plein de surprises. Votre serviteur s’est donc infligé le pensum de les écouter à peu près tous et de se renseigner autant que possible sur leur histoire, leur origine et les éventuelles curiosités qu’ils pouvaient receler.


La musique mauritanienne est une musique savante, héritée de la musique arabe, comportant de nombreux modes et styles pas faciles à assimiler par un musicien occidental. Les autorités mauritaniennes ont voulu, au moment de l’indépendance en 1960, un hymne authentiquement national et se sont adressées à un musicien français d’origine russe du nom de Tolia Nikiprowetzky qui était un spécialiste des musiques africaines afin qu’il leur compose un hymne. En voyant les difficultés auxquelles il s’est heurté, on comprend mieux les raisons, cette fois de pure technique musicale, pour lesquelles il y a si peu de musiques authentiques hors de la sphère occidentale pour les hymnes.

En l’espèce, il fallait composer une marche, donc sur un rythme à deux temps, simplisme qui ne se rencontre que très rarement dans la musique mauritanienne, mais aussi l’harmoniser ( ce qui était également étranger à sa tradition musicale) pour une fanfare militaire. Le compositeur a inventé une harmonisation qui respecte la structure modale d’une mélodie empruntée à des fragments de musique mauritanienne qu’il est allé recueillir sur place.

Pour expliquer dans la mesure du possible : la gamme mineure sans dièse ni bémol, celle de la mineur, s’établit ainsi : la, si, do, ré, mi, fa, sol. Le mode traditionnel mauritanien utilisé dans la mélodie de l’hymne est : la, si, do, ré#, mi, fa, sol#, et l’harmonisation évite les tierces, ce qui donne certainement l’hymne le plus étrange et le plus dissonant du monde.

Le poids de l’impérialisme culturel s’exerce aussi par et dans sa technologie instrumentale….

Les instruments des fanfares, actuellement fabriqués uniquement pour jouer les musiques occidentales, ne peuvent pas prendre en compte, par exemple, des intervalles inférieurs au demi-ton, et de ce fait ne peuvent reproduire la subtilité des modes caractéristiques d’un grand nombre de musiques orientales. Mais après tout, on impose bien à des musiciens indiens de jouer des musiques polyphoniques occidentales totalement étrangères à leur culture ; on ne voit donc pas pourquoi, ne serait-ce que d’un point de vue protocolaire, il n’y aurait pas une réciprocité imposée à la musique de la Garde Républicaine ou de la Royal Navy qui les obligerait à jouer des partitions comportant des quarts de tons par exemple !

L’hymne en général, (mais la musique en a sa part), voudrait être, à tort ou à raison, un facteur d’identification du caractère national, réel ou fantasmé. Il est donc à la fois une manière pour chaque nation de se représenter à elle-même et une façon de se raconter aux autres. De ce point de vue, l’existence de ces hymnes « colonisés », ne serait-elle pas l’aveu d’une culture et d’une identité qui le demeurent ?

Pour entendre et/ou découvrir l'hymne de la Mauritanie :
http://www.africa-onweb.com/pays/mauritanie/media/hymne.mid


Source: agoravo (avomm.com)
Mardi 3 Mars 2009 - 15:45
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 555