Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Par Adama NGAIDE : Démocratie .. des Préalables : Arrêtez de tromper les Mauritaniens


Par Adama NGAIDE : Démocratie .. des Préalables : Arrêtez de tromper les Mauritaniens
Il arrive des moments dans l’évolution historique de tout combat politique, où le militant est traqué d’une part, par le souci du pragmatisme, et d’autre part, par le désir de la capitulation dont les conséquences sont évidemment désastreuses. Rares sont ceux qui arrivent à s’en sortir. Chacun est se retrouve dans un état ou il est seul avec ses doutes, avec ses peurs, dans ses forces et ses faiblesses, condamné qu’il est, en cette occurrence, à avancer ou alors à abdiquer. La chance est alors donnée pour chacun à puiser aux tréfonds de ses capacités personnelles afin d’échapper aux innombrables tentations.

D’une crise à une autre, les combattants se raréfient alors que le parti des défaillants, lui, prend de l’obésité. Notre époque nous procure des preuves irréfragables qui se passent de commentaires. C’est dans un tel contexte, lourd et confus que les Hommes et des partis se révèlent par leur appréciation raffinée des situations qu’ils traversent. C’est dans pareille situation que L’AJD/MR est née.N’eussent été la bravoure de ses initiateurs, la longue expérience en matière de «lutte» de ses membres et la forte conscience politique acquise au fil des années, L’AJD/MR n’aurait pas vu le jour. L’émergence de ce poids lourd politique est d’une importance capitale pour ressusciter en chacun le désir et la volonté de combattre le système inique qui sévit toujours en Mauritanie. Depuis sa naissance, des critiques diverses parfois positives et le plus souvent inopportunes furent formulées et continuent d’être assenées.

Des procès d’intention à l’encontre de certains initiateurs sont produits à la grande satisfaction, évidemment, du pouvoir en place mais aussi d’une opposition frileuse et démagogique. Les cadres de l’AJD/MR, qu’on le veuille ou non, ont une aura intellectuelle, professionnelle et sociale qui ne souffre d’aucun doute. Par conséquent ils peuvent bel et bien participer à la conceptualisation plus éclairée et fouillée des décisions et des attentes pour redynamiser le parti et aider à l’édification d’un pays qui est à construire. Dès lors, il ne sert a rien de chercher coûte que coûte à polluer les esprits par des attaques insensées et salissantes.

Que d’impertinences avancées pour servir le parti des ennemis. Que d’indiscrétions savamment distillées pour affaiblir une cause déjà torpillée ! Au lieu de semer la haine et de jouer a l’humiliation, l’AJD/MR doit se donner comme credo le rassemblement, la civilité et le respect des autres, quel que soit d’ailleurs leur pensée. L’AJD/MR est induite après une appréciation juste, positive, convergente et objective des chemins déjà scrutés et des échecs subis et des fautes commises par les uns et es autres. L’AJD/MR doit être consciente de ses «acquis» et elle doit s’activer, entre autres, à construire une conscience politique et une nouvelle dynamique en son sein pour enraciner profondément le parti dans la réalité politique nationale et géopolitique. L’AJD/MR est une émanation des mauritaniens de différents âges et issus de différentes disciplines et ayant en commun un pays meurtri.

Subséquemment l’AJD/MR doit par s’atteler au dialogue et le débat interne, en des circonstances précises, pour atteindre des objectifs politiques précis avec une rigueur politique et intellectuelle et dans un esprit de cohérence d’ensemble n’excluant aucune idée. Par la peur, le manque de courage et l’obéissance aveugle aux agitations du fameux front démocratiques, nous renforçons l’étouffement des contentieux et des organisations avant-gardistes dont l’AJD/MR. Plus aucun doute ne doit planer, ce front démocratique est massivement composé de politiciens et de cadres qui veulent absolument utiliser les moyens extra-démocratiques pour accéder aux pouvoirs et aux richesses. Ils étaient, dans leur ma majorité écrasante, avec le pouvoir. D’autres étaient en collision avec ce dernier, donc en voie d’atterrir dans les allées du pouvoir. C’est maintenant clair !

Et devant l’incertitude qui hypothèque le pays, il faut des individus capables de décisions et d’actions pour réduire l’incertitude ce qui, dés lors, constitue une raison pertinente quant aux débats démocratiques seules a même de massifier le parti et de le prémunir contre les bas désirs et les coups bâts menés par une certaine opposition devenue jalouse à cause de la montée silencieuse mais en flèche d’un «parti sans députes, sans maires et sans sénateurs», mais un parti quand même bien écouté et bien surveillé aussi bien par ses amis que par ses ennemis. Cette problématique est réelle. Elle est notre situation et notre vécu depuis bientôt de 2 ou 3 décennies. En effet, la position intelligente, conséquente et lucide de l’AJD/MR, est révélatrice d’une très grande maturité politique qui rompt avec le funambulisme et l’ambivalence de bon nombre d’organisations et partis politiques mauritaniens qui oscillent entre l’opposition (le jour) et le pouvoir (la nuit). L’AJD/MR, au contraire, a adopté une position, qui est en parfaite compatibilité, avec les intérêts supérieurs et existentiels, des différentes composantes nationales notamment, les innombrables questions d’inégalités culturelles, économiques, politiques, éducatives etc., en ne perdant pas de vue l’ultime combat visant l’instauration de la démocratie comme mode de gestion de notre pays. C’est ce que la jurisprudence islamique a appelé la loi de «L’IMPORTANT ET DU PLUS IMPORTANT».

En effet, depuis au moins 1966, notre pays est gouverné par des lois racistes, esclavagistes et féodales, pratiques qui ont été amplifiées pendant le règne Taya. Et, c’est pendant son règne que nous avions tous remarqué l’échec de la politique dite de démocratisation qui n’a été inventée que pour enterrer les contentieux ; La fameuse politique de dialogue processuel et consensuel «par le haut», n’a servi a absolument rien car n’étant pas une émanation des populations mauritaniennes particulièrement celle de la vallée.

D’impairs à approximations la Mauritanie a été conduite à la situation paradoxale d’aujourd’hui, pilotée par le HCE. Il serait bénéfique que nos «démocrates» en promenade tirent les leçons de leur échec et qu’ils se convertissent en acteurs politiques informatifs, en producteurs d’une grammaire politique, autre que celle qui dissimule la VERITE POLITIQUE sur les questions relatives à tous les passifs. Il ne fait aucun doute, que nos démocrates et les «démocrates» new look et a géométrie variable, se battent pour de simples slogans creux et même insultants, battons-nous pour le «retour de Sidi d’abord et ensuite on verra». Ce slogan n’est pas pour l’intérêt supérieur des mauritaniens mais pour d’autres raisons bien connues de tous. Que c’est triste et tragique que de réduire le combat politique au slogan « Retour de SIDI d’abord et ensuite on verra».

La démocratie qu’ils défendent, à la hâte, a des défauts et il y’a énormément de raisons qui font que des mauritaniens ont du mépris par rapport a cette démocratie et par rapport a tous ceux qui la défendent. La tâche n’est pas facile, surtout au moment où, le régime despotique entretient des relations privilégiées avec la France (Un ami traditionnel) et les Etats-Unis malgré les positions officielles de ces états amis. D’ailleurs entendons-nous à des retournements spectaculaires au sein de ce front démocratique dans les jours à venir parce que nos politiciens et nos cadres ont toujours su être à cote de leurs intérêts personnels au détriment des intérêts supérieurs des mauritaniens qui sont toujours et encore en quête de quiétude et de la paix. Nos hommes politiques et nos cadres, dans leur écrasante majorité, nous ne pouvons pas compter sur eux. Ils sont d’une cupidité intellectuelle et politique légendaire. Ils n’ont, en général, aucune fierté nationale, aucune confiance en eux-mêmes, ni en leurs alliés de l’intérieur, ni en leurs alliés de la diaspora ; Nos cadres ne pensent politique que lorsqu’ils engrangent des ressources monétaires qui, selon leur thèse, et la sine qua one pour faire la politique.

Quelle triste conception du patriotisme ! Conception qui d’ailleurs ne diffère en rien de celle qui a nourrit et soutenu les cadres du PRDS et du Moukhabarat. Ceci explique cela. Les militaires ! Ils vont encore nous imposer leur loi, la loi de la caserne : Accepter ou alors se faire écraser par le BASEP. Les militaires ! Ils auront les boulevards grandement ouverts jusqu’au jour ou nos politiques et nos intellectuels accepteront avec humilité, savoir, altruisme, désintéressement et patriotisme, de conjuguer leurs efforts pour asseoir une démocratie véritable dont les préalables seront la résolution sans délais de la question nationale. Les militaires ! Ils vont encore sévir aussi longtemps que l’hypocrisie, les trahisons, les mensonges et l’indiscipline resteront les valeurs par lesquelles la politique mauritanienne s’identifie.

En Mauritanie, rien n’a été résolue pour la stabilité et la quiétude. Ni le régime, ni les opposants encore moins nos intellectuels ne veulent évoquer les préalables. On trompe les populations, on leur inocule l’idée que les valeurs démocratiques-inexistantes d’ailleurs- sont bafouées, évacuant alors de l’esprit des mauritaniens les vrais défis politiques que sont les questions des inégalités et des injustes faites aux noirs. C’est une veritable corruption menée, animée et gérée par l’opposition elle-même ; Une opposition élitiste flanquée de cadres, tous, opportunistes devant l’eternel. C’est cette vision calculée et opportuniste qui fait que le «front démocratique» donne de l’importance à la théorie démocratique plutôt qu’a la réconciliation entre les mauritaniens qui passe par la question nationale.

La question nationale doit garder sa précieuse signification, celle qui exige la mise en place d’un cadre institutionnel et réglementaire qui permettrait à nos communautés nationales de vivre en paix. La question nationale a été délaissée au profit des adversités personnelles et des querelles puériles sans lendemains. S’il n’y avait pas eu tant de querelles crypto-personnelles, d’égoïsme et de jalousie, la question nationale aurait été résolue intelligemment en faisant appel au notre savoir, à notre humanité et à notre altruisme.


Qu’Allah nous vienne en aide. Amiin.


Adama NGAIDE

Samedi 13 Septembre 2008 - 20:51
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543