Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Passif humanitaire / Déclaration AVOMM - OCVIDH


Passif humanitaire / Déclaration AVOMM - OCVIDH
Depuis bientôt 15 ans, l'Association d'aides aux Veuves et Orphelins de militaires mauritaniens (AVOMM) et l'Organisation contre les violations des Droits Humains en Mauritanie (OCVIDH) portent haut la lutte pour la résolution du passif humanitaire et le respect des droits de l'homme en Mauritanie avec quelques autres très rares organisations de la diaspora et personnalités indépendantes restées au pays, et cela, au moment où aucune organisation, en Mauritanie, ne faisait plus grand cas de ce dossier. Pour cause les "porte-paroles" des victimes d'aujourd'hui avaient, pour la plupart, grossi les rangs du PRDS, et ne manquaient aucune occasion pour nous rappeler que notre lutte à l'extérieur des frontières nationales était dépassée et inutile.

Sans polémique et sans rancune, nous, AVOMM et OCVIDH, tenons à réaffirmer ici toute notre détermination, qui n'a jamais varié, de mener la lutte pour la réhabilitation de nos Martyrs.

Aussi, nous nous devons de rappeler ce qui suit, au moment où des "Oulémas" soit disant porteurs d'un plan de règlement du Passif humanitaire s'activent à Nouakchott:

1- La période 1990-91 n’est que l’aboutissement d’un processus de graves violations des droits de l’Homme qui a visé la communauté négro-africaine et qui a débuté en 1986. Le Président Sidi ould Cheikh Abdallahi dans son discours historique du 29 juin 2007 avait confirmé de façon courageuse la période incriminée, nous le citons : « Au cours des années 80, notre pays a été le théâtre d’atteintes massives aux Droits de l’Homme qui devaient culminer en 1989-90-91. »

2- Le devoir de Vérité est impératif pour tout processus de règlement du Passif humanitaire. A cet effet, nous considérons que seule une Commission Nationale Indépendante composée d’hommes et de femmes connus pour leur intégrité et leur compétence peut formuler des recommandations qui prennent en compte le droit des victimes, étant entendu que l’État ne peut à la fois être juge et partie.

3- Le devoir de Justice suppose que l’ensemble des responsables des crimes et abus soient identifiés, jugés et punis. C’est seulement après qu’on pourra parler de pardon. Pour nous, signataires de cette déclaration, il ne s’agira pas de chasse aux sorcières mais de rendre Justice aux victimes. On ne peut pas bâtir une société démocratique sur un déni de justice. Nous appelons les victimes et les Organisations de défense des Droits de l’Homme à la vigilance. Aussi nous nous devons de réaffirmer solennellement notre engagement à lutter contre l’impunité de criminels responsables de la mort de centaines de citoyens innocents.

4- La prise en charge de toutes les victimes par l’abrogation de la loi interdisant la double nationalité. En effet, si cette loi n’est pas abrogée, on assistera à l’exclusion d’un grand nombre de réfugiés qui ont été contraints durant toutes ces années d’exil à adopter la nationalité de leur pays d’accueil. Nous demandons à ce que la double nationalité soit reconnue en vue de permettre à toutes les victimes de recouvrer leurs droits inaliénables de citoyens Mauritaniens à part entière.

5- L’AVOMM avait, au cours des journées de concertations du 20-21-22 novembre 2007, transmis aux autorités un mémorandum constituant sa contribution au règlement du passif humanitaire, ce mémorandum reste d'actualité et à la disposition des autorités légitimes du pays.

6- L’AVOMM et l'OCVIDH demandent la réhabilitation des victimes en donnant leurs noms à des rues et à des places dans les villes, l’interdiction de la torture sous toutes ses formes et l’abolition de la peine de mort. Nous, organisations signataires, souhaitons que notre armée nationale et toutes les forces de sécurité (police et garde nationales…) puissent bénéficier à tous les niveaux d’un enseignement portant sur les valeurs des Droits Humains.

7- Nous plaidons pour que l'Observatoire pour le règlement du Passif humanitaire présidé par Monsieur KANE Mamadou Alousseynou joue pleinement le rôle d’une structure de coordination et de suivi regroupant l’ensemble des collectifs et organisations de victimes qui lui est dévolu, ce qui évitera aux organisations de victimes de servir peut-être involontairement des intérêts bassement politiques que nous savons tous.

Notre lutte pour la justice, la vérité et les droits de l'homme ne doit souffrir d'aucune mollesse, c'est en restant déterminés, solidaires et unis que nous avancerons dans l'apaisement des cœurs indispensable pour la réconciliation et l'unité nationale.


Fait à Paris le 10 Mars 2009
AVOMM le président M. SARR Abou - OCVIDH le président M. SOUMARE Abdoul Aziz

Vendredi 13 Mars 2009 - 15:58
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Djibril BA le 13/03/2009 16:41
C'est clair. Sans unité nous n'aurons rien nous ne représenterons rien. Celà fait 50 ans et il n ya pas photo sur les résultats de la gestion des affaires de cité. Ce que nous ne résolvons pas aujourd'hui de manère péreine nous le laisserons forcemment aux générations futures. Il nous faut avec courage et determination assumer et affronter cet héritage lourd, lourd de conséquences.
Djibril BA

2.Posté par babasy11 le 13/03/2009 17:17
Wallahi, c'est vrai vous avez porté trés haut le flambeau de la lutte contre le racisme et les meurtres dont furent victimes vos fréres d'armes et vos fréres tout court et vos soeurs.Les opportunistes qui courent derriére Dia Adama et Aziz devraient savoir sans vous et les Flam personne n'aurait parlé du passif humanitaire, merci et honners à vous dignes fils du peuple, merci Avomm et Ocvidh.
Il faut poursuivre votre combat qui est loin de finir, continuer vos plaintes, les tortionnaires viennent toujours en Europe, courage et encore félicitations pour tout.
Boubacar Diop à Nouakchott

3.Posté par XMANDIALLO le 14/03/2009 13:40
Djiby tu as raison sans unité nous n'irons nul part, il temps que chacun de nous oublie un peu sa fierté et pense à la cause principale notre survie dans notre propre pays. La démocratie qu'on clame haut et fort ne peut pas exister tant que nos dirigeants Beydanes n'accepteront pas que la mauritanie ne leur apopartient pas. Tant qu'il n y aura pas de justice pour tous , nous ne vivrons jamais en paix. FLAM, AVOMM, OCVIDH, font un travail remarquable , nous reconnaissons leur détermination pour la cause et nous sommes fiers d'eux, mais de grâce, si nous voulons qu'ils aboutissent à un résultat satisfaisant, les militants devraient se solidarisaient avec eux.
Nous n'oublierons jamais, nous ne pardonnerons pas sans la justice, nous voulons une Mauritanie unie avec toutes ses compansantes.
Non à l'OUBLI

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 555