Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Rétro/ On ne peut instaurer la démocratie en Mauritanie sans régler la question nationale par Ibrahima Moctar SARR


Rétro/ On ne peut instaurer la démocratie en Mauritanie sans régler la question nationale par Ibrahima Moctar SARR
Réponse au Professeur Hamdou Rabbi SY

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt comme d’habitude, l’intervention du philosophe Hamdou Rabbi Sy qui, depuis longtemps déjà, participe au déblayage idéologique permettant aux militants de la liberté que nous prétendons être de ne pas se tromper de chemin et de combat. A ma connaissance, il fait partie d’une minorité agissant dans ce sens et c’est heureux qu’à chaque fois, il puisse nous interpeller afin que nous nous remettions en cause, étant convaincus comme Lenine que « sans théorie révolutionnaire pas de pratique révolutionnaire ».

Dans l’exposé qu’il a donné à l’occasion de la journée de l’AVOMM,cette fois-ci, je ne sais pas si j’ai réellement compris son message, je souhaiterais ne l’avoir pas bien compris, quand donc j’ai pensé lire que ‘’l’ enjeu de notre combat n’est plus la question de la cohabitation entre nos communautés mais la démocratie ».

J’ai sursauté en lisant ce passage et le développement qui a suivi ne l’infirmant point, je me suis revu des décennies en arrière, vers les années 70, lorsqu’au sein du Mouvement Démocratique dans lequel nous militions, (je rappelle que j’étais déjà membre du PMT en 1972( le Parti Mauritanien du Travail qui, à l’époque était dirigé par les Ladji Traoré et Daffa Bakari, certains semblent l’avoir oublié ) ; les éléments arabes qui venaient de créer le PKM(PARTI DES KADIHINE DE MAURITANIE) et absorbé le PMT avec l’aide de certains camarades négro africains du PMT ;devant notre instance pour débattre sur la question nationale au sein du mouvement, nous répondaient que : « ce n’est pas une question principale à l’heure actuelle, que la question principale, c’est la lutte contre l’impérialisme et le néocolonialisme ».

En terme clair cela signifie que le principal à l’époque c’était de réaliser l’indépendance politique réelle en menant une lutte pour l’instauration d’un régime démocratique et populaire au sein duquel les masses joueraient un rôle essentiel.

Le grand divorce entre les tenants de cette option et nous sur cette question fondamentale, nous emmènera à mettre sur pied l’UDM (l’Union Démocratique Mauritanienne) avec le professeur Saïdou Kane qui posera dans « l’état arabo-berbère », la nécessité de régler la question nationale en priorité pour permettre la mise sur pied d’un état démocratique national et égalitaire.

Je ne vais pas épiloguer plus longtemps sur la priorité entre l’instauration de l’état démocratique qui résoudrait du coup, la question nationale (ce qui n’est pas évident et nous le verrons tout à l’heure) et la lutte pour gagner des batailles pour que les communautés qui sont obligées de vivre ensemble arrivent à un modus-vivendi lequel les engagerait ensemble à lutter pour plus de démocratie et de paix sociale au sein de la société en général. Je voudrais simplement que le professeur relise « l’empire éclaté » de Mme Hélène Carrere D'Encausse de l’Académie Française, ou les écrits des grands penseurs allemands et russes sur la question nationale, il verra bien que c’est à cause de cette question nationale que l’Union Soviétique a volé en éclat. Le professeur doit convenir avec moi que le Canada même s’il est symboliquement sous la couronne,est tout de même une démocratie très avancée où les questions culturelles et de souveraineté nationale se posent pour le Québec. En Belgique, une vieille civilisation encore dirigée, il est vrai, par un monarque, la démocratie parlementaire donne justement la liberté aux Flamands et autres Wallons de revisiter la question de leur cohabitation. Qu’en est-il de la France mère de la démocratie avec sa Corse et j’en passe.

Pour en revenir à la Mauritanie, je ne suis pas convaincu qu’il soit possible de réaliser la démocratie sans au préalable régler la question de cohabitation ou la question nationale tout court. Le système actuel est un système de domination nationale, d’exclusion, un système esclavagiste, dirigé par une oligarchie ethno- raciale . Souvenez-vous en 1989-1991,face à la grande épuration ethnique, même ceux qui prétendaient être des révolutionnaires parmi les arabes ont eu une attitude, pour le moins, de passivité coupable, alors qu’on est prêt à tout moment pour voler au secours du frère palestinien, assez loin de chez nous. Le réflexe identitaire sera toujours un frein pour réaliser même des élections transparentes avec un homme une voix. Les propriétaires d’esclaves, les chefs de tribus et ceux qui détiennent les moyens économiques et financiers sont connus, ils ne permettront pas l’alternance politique sur des bases purement démocratiques.

Je ne peux pas encore comprendre que certains nous parlent de parenthèse démocratique avec Sidi Ould Cheikh Abdallahi (que je respecte bien , par ailleurs) ; relisez à ce niveau « La transition en dérive» et vous comprendrez que pour nous, son élection n’a jamais été démocratique. C’est pourquoi, nous n’avions pas exigé son rétablissement, ni le respect de cette constitution que nous sommes obligés de subir mais que nous avions boycottée comme celle de Maaouiya en 1991.

Donc professeur, si je ne vous ai pas compris dites le moi, si non je vous prie de prendre en compte dans vos analyses les considérations ci-dessus car nous suivons beaucoup ce que vous écrivez et loin de polémiquer c’est dans un esprit militant que j’apporte cette contribution.

Que les contradictions internes au sein du pouvoir déroutent tout le monde,je peux comprendre vos appréhensions du moment et les conclusions que vous en tirez ,continuons de réfléchir prudemment tout en restant éveillé et alerte.


IBRAHIMA MOCTAR SARR
Président de l’AJD/MR


source: AJD/MR
* L' exposé du professeur Hamdou Rabbi SY: ICI
Dimanche 29 Septembre 2019 - 12:58
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Miin le 03/06/2010 12:11
Nous sommes dans un débat sérieux
ceux qui n'ont rien à dire devront s'abstenir.

2.Posté par JAM'S le 03/06/2010 13:49
C'est toujours clair, net et précis avec vous.
Ceux qui vous accusent d'être un vendu devront revoir leur copie, ils sont en exil et pourtant ils n'osent pas dire ce que vous affirmez là.
L'exil des uns et des autres ne se justifient plus.
Merci président

3.Posté par Sada Sow le 03/06/2010 14:24
IBRAHIIMA SAAR est un don de DIEU fait à toute la Mauritanie et ses habitants; mais, hé bien alors mais! c'est très, très peu de gens seulement qui en sont conscients !!!
Sachez que vous avez parfaitement raison : COHABITATION, QUESTION NATIONALE, RÉCONCILIATION PARFAITE ET RÉELLE avant la DÉMOCRATIE qui n'est que la mise en application des acquis sociaux d'un PEUPLE CIVILISE ...
Tenez bon mon frère, DIEU vous a entendu, seulement, en tant que croyants, nous sommes convaincus que toute chose a son HEURE!!!D'autre part, la vérité finit toujours par triompher : >

4.Posté par Ba AMADOU le 03/06/2010 14:43
Je respecte monsieur Sarr, mais un chef de parti ne repond au jeu des intellectuels. Je lui conseille d'eviter de repondre sur le net sur des opinions emises par des citoyens s'il veut garder sa credibilite et son integrite .Merci monsieur Sarr.Je rappelle que ton conseiller en communication n''est pas a la hauteur de sa mission.

5.Posté par G.Sow le 03/06/2010 16:52
Je diverge avec Mr Sarr sur la mise en oeuvre de certains outils, j'espére qu' on aura l'occasion de discuter mais les observations qu'on fait au conférencier Mr Sy sont proches.
Voici les miennes:
1-La réalité politique faite de domination de l'arabité et de négation de la dimension négro-africaine du pays a été tres vivement et dogmatiquement exprimée par Mr Sy alors que cette réalité est beaucoup plus complexe,beaucoup plus sophistiquée que celà et la parenthese de Sidi n'en était pas une.
2-L'instauration de la démocratie ne saurait à elle seule absoudre cette réalité et resoudre toutes les questions liées à la problématique que pose notre vivre ensemble.Celà n'a pas été le cas dans les nations les plus démocratiques du monde (cf au débat sur la nécessité de la discrimination positive.)
3- Attention vigilence, notre combat n'est pas encore une fois à confondre avec la lutte contre le néocolonialisme ou pour l'instauration de la démocratie. Il porte sur le droit à une citoyenneté réelle et entiere; et sur une nouvelle éthique de coexistence

6.Posté par Goguiyanke le 03/06/2010 17:19
Sarr a raison , nous ne pouvons proner une démocratie en Mauritanie , alors que nous vivons l'exclusion et le mépris d'un système raciste. J'appuie la thèse de Ibrahim Sarr tant que la question nationale n'est pas réglée la démocratie n'est pas encore l'ordre du jour. Nous cohabitons avec des gens qui veulent arabiser à 100 % par n'importe quel moyen en ignorant l'autre composante qui est non arabe , d'où l'impasse que nous vivons aujourd'hui.

7.Posté par djibril le 03/06/2010 17:35
Ce passage explique tout "Le système actuel est un système de domination nationale, d’exclusion, un système esclavagiste, dirigé par une oligarchie ethno- raciale . Souvenez-vous en 1989-1991,face à la grande épuration ethnique, même ceux qui prétendaient être des révolutionnaires parmi les arabes ont eu une attitude, pour le moins, de passivité coupable, alors qu’on est prêt à tout moment pour voler au secours du frère palestinien, assez loin de chez nous."
Merci de le rappeler

8.Posté par Djiné Lô le 03/06/2010 18:08
Merci Mon cher président! J'avais commencé à perdre de l'espoir pour l'AJD/mr mais cette potable analyse me redonne de la force militante.Encore continuez sur cette lancée et exigez-le au prés du bureau politique nationale.

9.Posté par BOJEL SIH le 03/06/2010 19:14
JAM'S DO TOBO IWRI FOF YOO YUUS.TANT QUE LA QUESTION NATIONALE N'AURA PAS TROUVE DE SOLUTION VIABLE,LES MAURITANIENS RESTERONT TOUJOURS DES EXILES.ET,NE CROIS PAS QUE CEUX QUI SONT A L'INTERIEUR NE SONT PAS EN EXIL.IL N'Y A QUE CEUX QUI NE LE COMPRENNENT PAS.MERCI PRESIDENT SARR IBRAHIMA MOCTA ET MERCI MON AMI HAMDOU RABBI SY.

WONDER

10.Posté par fowry le 03/06/2010 20:04
monsieur quand un grand savnt parle il sait ce qu' il dit ce que le philosophe adit est bien vrai
il ne faut pas nous faire la rhetorique
vous nager a contre courant vs n' avez a nous dire

11.Posté par O DIALLO le 04/06/2010 03:19
merci nos deux grands dialals(supports de communaute)

juste quelques motsà nos lecteurs je suggere d'etre résponsables ne dénigrer jamais qui que soit réagissez mais n'insulter pas ou des sales mots car nous sommes dans un site d'information international

12.Posté par Adama Ngaide (La democratie le 04/06/2010 06:38
"Restauration autoritaire par-ci, multipartisme administratif par là, ailleurs maigres avancées au demeurant réversibles et, à peu près partout, niveaux très élevés de violence sociale, voire situations d’enkystement, de conflit larvé ou de guerre ouverte, sur fonds d’une économie d’extraction qui, dans le droit fil de la logique mercantiliste coloniale, continue de faire la part belle à la prédation." Achille Mbembe. Brillant Historien Camerounais qui parlait de democratie apres 50 ans d'independance.

Ceci etant rapporte venons-en au sujet du Jour. Je me permets d'abord de remercier le philosophe Hamdou pour son travail et ses innombrables contributions. Je dois dire que j'ai eu le meme sentiment que mon president en lisant le philosophe.

Question nationle est forcement une etape qui doit presider a la "democratie".

Son excellence a parfaitement raison. Il convient, de rappeler que pour une question de CIVILISATION, la democratie est un principe accepte, beau et incontournable mais la democratie ne se livre pas seule et dans le cadre d'une analyse objective voire chirurgicale, nous devons resister a cette espece de deocratie qui nous plonge chaque jour dans les affres et les mesaventures et malheurs d'une democratie "pret a porter".......devenue cahe-misere de politiciens cramponnes au pouvoir ou alors manipulant a la turque des civils; Cette democratie est aussi un vivier pour touteune caste d'intellectuels rapaces sortis de "grandes ecoles"; Cette democratie "pret-a-porter est auss l'autre pretexte qui sert, sous nos yeux, l'abus fait aux populations africaines (manipulation des constitutions, manipulations des assemblees nationales, des senats, tripatouillage, achat des consciences ou des inconsciences, reconnaissance de partis dont les gerants sont des agents de renseignement et d'espionage au nom de la democratie, pillage des moyens de l'etat pour les implantations et autres actions indignes)........Sur ce sujet precis, je suis sur que le philosophe est en phase avec ses camarades....................... L'appel au debat pour la resolution de la question d'etat, de nos institutions (legislative eT consultatives), des droits de l'Homme ect.... est un IMPERATIF. Une democratie qui ne porte au pouvoir que les memes tetes, les memes intellectuels, les memes militaires, les memes hommes d'affaires, cette democratie est DANGEREUSE.

A mon avis je pense, qu'a la lumiere des principes democratiques, que jamais la democratie dans son accepttion la plus achevee ne pourra se faire sans une serie BATTERIE de mesures prealables sacrificielles propres a chaque contree. Si la demiocratie reste le presuppose le plus acceptable,il reste qu'une analyse realiste, rigoureuse est necessaire pour la gerer.

Paradoxalement cet aspect a ete banalise alors meme qu'il semble etre imperatif et vital pour un pays qui est a construire et ou la negation de l'autre reste une pratique etatique incontestable (Racisme d'Etat). Et puisque je parle d'etat, il faut dire que nous ne pouvons faire l'economie d'un debat sur le type d'etat autre et different de l'etat rciste que nous connaissons, et par voie de consequence, se pose le probleme de l'identite de la mauritanie. Identitee sacrifiee au nom d'un arabisme impose aux negro-africains qui, helas, sont interpelles tant leurs reponses a cette question nationale est divergente. C'est la toute la pertinence de la contribution de IMS.

La democratie est un concept extraordinaire qui, dans la lettre permet aux hommes et aux femmes de vivre ensemble; C'est un concept extraordinaire en ce qu'il permet a un noir de voter consciemment pour un blanc et vis versa; Ce concept est beau en ce qu'il permet de choisir la langue dans laquelle on peut s'exprimer a l'assemblee nationale, a l'ecole, dans l'administration ect......C'est cette democratie qui autorise la liberte d'entreprendre, de pener, de se marier ect; La democratie est aussi ce concept qui offre les droits fondamentaux; C'est un concept parfait mais en Mauritanie la RESISTANCE par rapport a la democratie "pret-a-porter doit faire autorite jusqu'au jour ou les mauritaniens et les mauritaniennes comprendront que la question nationale n'a pas de camp tout comme la verite. La question nationale reste posee. Racisme, Negation de l'autre, Esclavage et Feodalite, Violation des droits de l'hommes ne sont pas cmpatibles avec la democratie.

Quoi qu'il en soit, cette interpellation reste PERTINENTE. cOMMENT FAIRE LA DEMOCRATIE SANS LA RESOLUTION DE LA QUESTION DE FOND: LA QUESTION NATIONALE
Adama NGAIDE. Responsable Section AJD/MR. New-York
Qu'allah nous guide.

13.Posté par abdou sem le 04/06/2010 16:29
MERCI à monsieur HAMDU et monsieur SARR de vos pertinentes intervntions ,pour ma part j'exprimerais en pulaar mon opinion : so tawii democratie fiirti ko potal gonnka ɓiɓɓe leydi debbo e gorko ,suka e mawɗo taw tugnaaki e iiwdi e nguru ɓanndu moni heene fof ne heɓa fodde mun miijo ngo ko wooto ,sabu ngoƴƴa ƴii fof ɗi IBRAHIMA wiyata ɗi ma njaltu e nder o democratie mo HAMDU wiiyata .mi sikku tan ko ɗum hamdu yiiɗi wiide ,ko philosof noone haala mako weeɓaani faamnde ....on njaraama wuri bura .

14.Posté par Abdoul Bocar le 05/06/2010 13:14
Je me deplore d'abord le niveau politique et intellectuel de certains intervenants qui n'avaient pas le bagage qu'il faut pour apprender le discours du granb théoricien Sy Hamdou Raby .En effet le philosophe c'est comme un waliyou il utilise parfois des concepts qu'un citoyen lamba ne cmprend pas .Certainement Mr Sarr Ibrahima n'a pas pu comprendre le bien fondé du discours de l'heritier de Hegel .
Le probléme de la Mauritanie c'est un probléme de democratie .les conséquences de cette absence de democratie ont eté les principales sources du calvaire negro africain .
Si la Mauritanie érait un etat democratiquement gouverné ni les evenements de 1966 moins ceux de 1986 ,ceux de 1989 et 1990 ne se produiraient.En conclusion comme toutr l'Afrique la Mauritanie souffre d'un probléme de Démocratie .

15.Posté par gaby le 05/06/2010 13:34
La démocratie véritable n'est ni parfaite, ni le meilleur des systèmes, mais le moins mauvais, le parfait n'existant pas, surtout s'agissant d'organisation humaine.
La démocratie, qui se mesure aussi à la manière dont sont traitées les minorités, nationales ou étrangères, est seule à même de garantir le respect durable, pour ne pas dire inéluctable, des droits des uns et des autres. Ce ne sont certainement pas des régimes autoritaires, se renversant mutuellement par la force et par intermittence, qui pourraient en être garants. Qu'on le veuille ou non, la démocratie véritable n'est pas à opposer à la question nationale puisque la première est sensée porter, supporter, protéger, sanctuariser la seconde. Allez demander à des régimes non démocratiques, par conséquent le plus souvent instables et éphémères, de jouer ce rôle, qui les dépasse en dépit des mille et un textes pris en ce sens, textes naturellement susceptibles d'être remis en cause au gré des humeurs ou de l'idéologie de l'homme fort du moment !

16.Posté par mohamadou le 06/06/2010 12:38
Mes Chers frères unissons nous c'est l'union qui va nous sauver, rien n'a encore changé en MAURITANIE.
Je souhaite beaucoup de santé et longue vie à tout le monde
AMINE.

17.Posté par Djibril BA le 29/12/2010 09:47
Quand vous bâtirez votre maison bâtissez sans fondations saines.
Quand elle sera infestée de démons dormants embarquez-les avec vous sur le long chemin de votre voyage à travers la vie. A méditer

Ne soyez point surpris de voir un jour votre maison s'écrouler.
Ne soyez point surpris de voir les démons en un jour se réveiller et perturber la quiétude des voyageurs.
Il nous faut des fondations saines, il nous faut, nous débarrasser de nos démons.

En ce qui concerne le choix du grand frère IMS souhaitons-lui bon vent.

Il y a Il y a deux sortes d’hommes politiques ceux dont l’accès aux centre de décision est une fin en soi et d’autre dont l’accès aux responsabilités constitue un moyen de réalisation d’un projet, d'un programme.

Pour les premiers, une fois arrivés, le travail est terminé. Ils s’assoient, se servent le plus possible et jouissent car il y a plus rien à faire, l’objectif est atteint.

Pour les autres, les deuxièmes, une fois au centre de décision c’est là que commence le vrai travail. J’ai hélas peur que nos politiques dans leur grande majorité soient de la première catégorie.
Je vous considère encore IMS parmi la seconde catégorie. L'équation à résoudre est : Comment accéder aux centres de décision ?
Sans une base consciente en total adhésion en votre projet, notre projet allant vers l'essentiel et constituant un bloc de pression je ne vois pas comment y parviendrait-on dans le contexte mauritanien sans qu'une prise de conscience effective ne soit.

Evitons les faux débats et allons à l’essentiel, évitons la dispersion de nos énergies, évitons de tomber dans la diabolisation et les traquenards tendus par nos ennemis. Evitons que l’on nous divertisse si nous souhaitons avoir gain de cause.
Mandela est bien parvenu aux centres de décision par le biais d’un homme une voix. Ils ont cependant construit la base et les conditions nécessaires à la réalisation de leur victoire.

Ils étaient clairs sur les motivations de leur lutte.

Comment faire pour que le système n’ait pas raison de IMS comme tant d’autres et ne le fasse basculer dans la première catégorie de nos hommes politique est mon inquiétude.

Sommes-nous capables de nous organiser pour que cela ne soit jamais ?

Si nous résolvons ce questionnement nous le mènerons là où nous voulons qu’il aille et non là où le système voudrait qu’il aille.

Quel gâchis de voir un locataire de Oualata parmi la première catégorie.

SEUL NOTRE DESUNION LE PERMETRA. LA COMMUNAUTE DES VICTIMES ORGANISEE ET CONSCIENTE EST UNE ARMEE. N’OUBLIEZ PAS QUE LA GRANDE MAJORITE DU PAYS EST VICTIME D’INJUSTICES. C’EST ELLE QU’IL FAUT MOBILISER.


Djibril BA




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 552