Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Rétrospective Par Breyka Ould M’Bareck ( l'exclusivité pour avomm.com)


Rétrospective Par Breyka Ould M’Bareck ( l'exclusivité pour avomm.com)
Rétrospective
Par Breyka Ould M’Bareck

Dans le cadre de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans les colonies et possessions françaises le 27 avril 1948 et conformément à l’esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme Du 10 Décembre 1948, il me parait opportun d’évaluer les attentes et les acquis de la communautés des Khadaras (Esclaves et affranchis) en matière progrès et justice sociale, de l’émancipation et du développement économique dans notre pays.

S’il est admis qu’il existe aujourd’hui deux lois portant sur l’abolition de l’esclavage (novembre 1981) et sur sa criminalisation (2007), il n’en demeure pas moins que la contestation (inscription sur les murs, création d’un front pour l’unité d’action des haratines de Mauritanie ainsi que les nombreux tracts distribués) dénotent d’un mécontentement largement perceptible au niveau des populations issues de cette frange qui constitue l’une des plus grande communautés de notre pays.
Ce malaise s’explique essentiellement par l’echec des solutions préconisées à savoir :
1- Les différents gouvernements ont privilégié la nomination de personnalités de cette couche aussi bien dans le gouvernement que l’administration centrale et territoriale et parfois soutenir des candidats pour les élections législatives et municipales. Ces personnes sont souvent déconnectées par rapport aux masses qui sont elles dans le besoin au quotidien. A mon avis défendre la cause des Khadaras n’est pas une étiquette que l’on se colle au front ou que l’on colle aux autres quand on veut. Il s’agit plutôt d’un comportement, une attitude à l’égard des causes justes. Etre un homme qui défend la cause des khadaris n’est pas une marque indélébile mais se vérifie sur le terrain de la lutte, dans le comportement et la permanence de l’engagement militant.
Ce qui explique que l’on peut retrouver dans le camp des maitres quelqu’un qui peut prendre exceptionnellement un jour conscience du mal qu’il a fait et s’amender et devenir un défenseur des causes justes. Un Khadari peut aussi, à l’inverse par opportunisme devenir un renégat très dangereux qui se mettrait au service de l’ancien maître pour une parcelle de pouvoir seulement. L’expérience dans notre pays a démontré parfaitement la preuve de cet état de fait.
2- Depuis toujours l’aspect socio-économique a été négligé ce qui a perpétué la dépendance des affranchis à leurs maîtres et accentué leur misère et handicapé leur apport dans le développement du pays.
3- A ceci s’ajoute la marginalisation des nombreuses compétences et cadres issus de cette communauté dans l’attribution des quotas dans nominations (ministres, conseillers à la Présidence, chargés de missions, directeurs, gouverneurs, préfets etc...)

En raison de l’intérêt que le Président de la République a manifesté en direction de cette composante, et compte tenu de la nomination du nouveau premier ministre qui jouit de sa très grande confiance, j’attire son attention sur le fait que des cadres de cette frange se sont illustrés par leur patriotisme, leurs compétences et leur sérieux dans différentes administrations et méritent une attention particulière. Il peuvent être utiles dans la réalisations des objectifs tracés par le Président pour l’émancipation de cette communauté. Je me limiterai, compte tenu du nombre très important de ces cadres, de donner des noms à titre indicatif.
Il s’agit de Mr Ahmed Ould Khattri Directeur du Procapec, du Dr Haimoud Ould Ramdan chargé de mission au ministère de la justice, de Maitre Mohamed ould Lagdaf avocat auprès de la cour de Nouakchott, Mr Fah ould Sid’AHMED professeur de sciences, Mme Marième mint Bilal Ingénieur, Dr Houmeini Ould Sidi professeur à l’Université de Nouakchott, Cheikh Ould Maata ministère de l’Emploi.

Ces suggestions ne sont pas fortuites et répondent à une aspiration profonde de cette frange à voir ce nouveau gouvernement prendre en charge ses doléances. En effet l’échec totale du gouvernement précédant à apporter des solutions à cette problématique fait que nous fondons beaucoup d’espoirs sur la nouvelle équipe gouvernementale qui sera nommée par le Président.

Enfin, je ne peux terminer sans déplorer l’absence totale de réactions de la part de nos intellectuels et de nos officiels devant la disparition d’Aimé Césaire ce grand panafricaniste. En ce qui me concerne, je saisis l’occasion pour lui rendre un vibrant hommage.



Breyka Ould M’Bareck
Ancien membre du Comité Militaire de Salut National


Exclusivité pour avomm.com
Samedi 10 Mai 2008 - 19:05
Samedi 10 Mai 2008 - 22:50
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Diko hanoune le 11/05/2008 19:15
LISTE 5:

A.H.M.E.











Liste des Haratine complices de l’esclavage (avril 2008)



1) Sghaïr ould M’bareck, ancien premier ministre de Ould Taya, appartenant à la tendance authentique d’EL HOR ( les haratine qui revendiquent l’arabité).

2) Mohamed ould Haïmer, ancien ministre et ancien secrétaire général

du Sénat de Mauritanie, appartenant à la tendance authentique d’EL HOR ( les haratine qui revendiquent l’arabité).

3) Achour ould Samba, ancien secrétaire général de plusieurs ministères, appartenant à la tendance authentique d’EL HOR (les haratinequi revendiquent l’arabité).

4) Mohamed ould Boïlil, ancien gouverneur de région.

5) Bilal ould Werzig, ancien ambassadeur et aujourd’hui ambassadeur au Yémen. L’intéréssé avait nié en 1997 l’existence de l’esclavage en Mauritanie en tant qu’ambassadeur de Mauritanie au Etats-Unis d’Amérique (Washington) devant la sous-commission des affaires étrangères du pays d’accueil ( voir Cotton Samuel, Terreur Silencieuse, un voyage dans l’esclavage contemporain en Afrique, 1998, Ed. Harlem River Press, chapitre 7 pages 129 et suites).

6) Alioune ould Awbeck, ancien maire de Tékane et député de R’kiz. Il a joué un rôle important dans la déportation des Noirs en 1989. Dans la législature 2001-2005 sous le régime de Ould Taya, il a servi le PRDS (Parti Républicain Démocratique et Social) en s’en prenant à Messaoud ould Boulkheïr. Il ne venait aux séances de l’Assemblée Nationale de Mauritanie que lorsque Messaoud ould Boulkheïr faisait partie des intervenants. Il devrait face à celui-ci défendre la thèse officielle sur l’esclavage : la négation de celui-ci. Cette attitude s’incrit dans ce que j’ai appelé l’esclavage politique ( voir le Cri du Hartani n°1 : Ould Ciré ). Il a été le principal informateur du système Taya dans le Sud du Trarza.

7) Omar ould Awbeck dit Omar Fall, ancien secrétaire général du Ministère de l’Intérieur ( 1986-1990 ). Il a lui aussi joué un rôle important dans la déportation des Noirs en 1989, tant au niveau national qu’au niveau local ( Commune de Tékane). Il a servi son ancien maître Gabriel Cymper (Jibril ould Abdallahi, ancien ministre de l’Intérieur). Omar Fall est un complexé. Tantôt, il se dit Peulh, tantôt Wolof alors qu’il est un Hartani de père et de mère. Il a revendiqué sa haratinité d’une manière opportuniste et ce, pour avoir un poste politique. Il fut l’un des artisans des crimes de Taya et de Gabriel Cymper. Il pourrait être traduit devant un tribunal international.

8) Mohamed Lemine ould Ahmed, ancien ministre de la Justice en 1998, période où l’Etat mauritanien a condamné à cinq ans de prison Sidi Fall pour détournement de deniers publics alors que celui-ci avait bénéficie de trois non-lieues. Mohamed Lemine ould Ahmed a été en 1992 le directeur de campagne de Ould Taya lors de l’élection présidentielle de la même année. Né à Beguëmoun (Commune de Tékane), il a été chassé par ses propres parents alors qu’il était venu soliciter les voix des habitants de son village natal. A R’kiz, il a soutenu la politique de Mohamed ould Mohamed Aly, maire de cette ville où son frère était adjoint de 1988 à 2005, alors que les haratine sont majoritaire dans cette ville et devraient être à la tête de cette mairie. Mohamed Lemine ould Ahmed a cautionné une politique de collaboration au niveau local et national dans laquelle les Haratine étaient perdants.

Mohamed Lemine ould Ahmed est le premier haratine a soutenir un mémoire de maîtrise à l’Université de Dakar portant sur l’abolition de l’esclavage en Mauritanie en 1983. Plusieurs fois ministre, il n’a pas appliqué les idées défendues dans son mémoire.

9) Bazeid ould Bowah, conseiller au ministère des affaires étrangères de

Mauritanie.

10) Mohamed Salem ould Merzoug, plusieurs fois ministre initiateur de la fantaisiste commission nationale pour l’éradication des séquelles de l’esclavage en Mauritanie (CNESEM).

11) Sid’Ahmed ould Zahav, plusieurs fois ministre avant qu’il ne rétrograde en Directeur de l’Office National du tourisme sous Taya dont il fut un parmi ses plus grands hauts parleurs.

12) Cheikh Saad Bouh ould M’bourou, ex-ministre de Taya avant qu’il ne soit son ambassadeur au Sénégal.

13) Mohamed ould Manzä, ancien député

14) Mohamed ould Elmamy, ex-député

15) Mohamed Lemine ould Chrive, ex-député

16) Mohamed ould Guelaye, ex-caissier du Sénat

17) Sidi ould Youwme, ex-gendarme et ex-député avant qu’il ne soit nommé comptable à l’ambassade de la Mauritanie aux Etats Unis d’Amérique

18) Omar ould Matalla, ex- maire de Riyadh

19) Mohamed Vall ould Youssouf, actuel directeur adjoint de la Socogim

20) El moudir ould Bounna, ex-éphémère ministre de l’enseignement originel

21) Moulid Fall, (belle-mère de El moudir ould Bounna et de Mohamed Vall ould Youssouf)

22) Ahmed ould Khattri Article n° 81

23) Vatimetou mint Khattri Article n° 81

24) Mohamed ould Mohamed El Abd, conseiller à l’ambassade de Mauritanie à Paris

25) Boubeckrine Ould Khourou , un hartani, esclave de service ; Préfet de R’kiz,




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 588