Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

SEYRE SIDIBE : La Mauritanie : un changement peu rassurant

D’aucuns parlent de coup d’Etat salutaire, sauveur parce que, c’est évident.
Après vingt ans de dictature absolue, de racisme d’Etat, de gabegie, de boucherie humaine; le fil régulateur de cette espèce de concorde, d’entente triste sur fond de méfiance, de calomnie et de haine, de frayeur entre les deux communautés arabo berbères et négro africaines condamnées à vivre ensemble depuis l’indépendance, le 28 novembre 1960 était en feu.
En effet, ces hommes et ces femmes ont beaucoup souffert – les noirs- ; ils ont été plusieurs fois trompés, trahis, humiliés, divisés, et même envoyés à la mort.


Salutaire ou sauveur diront –ils par ce que n'importe quel changement était le bien venu ; le présent et le passé ont fait leur honte. Dés lors on s'emplit la tête de faux espoirs. Il n'y a pas à s'en réjouir ; dans nos Etats, africains notamment, les gouvernements se suivent et se ressemblent. Ils sont souvent la main droite et la gauche d'un même corps et d'une même âme ; et ainsi perpétuent les mêmes erreurs, la même politique répressive. En fin salutaire par ce que les indicateurs économiques sont au rouge.

Quelques hommes se sont enrichis après avoir détournés impunément les caisses de l'Etat pendant plusieurs années et ont fait passer le témoin à leur communauté -arabo berbères- au grand regret des noirs qui eux attendent les miettes : les victimes d'un vieux système.

Ailleurs, on est plutôt sceptique. On observe, et on reste attentif. On se réserve de crier victoire. C'est sans doute l'attitude la plus enviable. Le coup d'Etat du 03 août 2005 porte à la tête du pouvoir un certain colonel de l'armée mauritanienne Ely Ould Mohamed Vall.
Ce nom n'est pas nouveau. Cet homme était l'alter ego du président Taya. En effet mêmes les mémoires les plus oublieuses s'en souviennent ; il était à la tête de la sûreté nationale pendant près d'une vingtaine d'années. Dés lors certaines questions semblent être légitimes, si l'on est amoureux de la vérité. Cet homme, eu égard à cet poste clé qu'il a occupé sous le régime sanguinaire de Taya qui a broyé et avalé à jamais nos frères, sœurs, oncles, tantes et parents : nos compatriotes tout simplement ; peut –il être étranger aux évènements de 1989 au cours desquels des familles entières furent massacrées ?
N'a-t-il pas de responsabilité dans les bavures policières quotidiennes que sont victimes les noirs mauritaniens ?

Sous ce règne a-t-il dénoncé même timidement la terreur du régime vis-à-vis des noirs ?

A-t-il levé le ton même une fois pour contester les résultats des élections présidentielles toujours savamment truquées depuis 1992 l'ouverture de la Mauritanie au multipartisme ?

A-t-on même appris dans une de ces nombreuses rumeurs sa volonté de démissionner ?

La réponse c'est non !

Après ces années de fidélité et de servitude assidues au régime despotique de Taya, nous attendons tout du président du Comité Militaire Pour la Justice et la démocratie sauf une rupture avec son prédécesseur.
Cette volonté de suivre les sentiers battus de l'ancien régime se voit clairement à travers la composition du nouveau gouvernement. En effet l'incontournable Ould Boubacar, aujourd'hui Premier ministre ;hier encore , il était premier ministre, ambassadeur, Secrétaire Général du P.R.D.S, conseillé à la présidence. Quant aux négro mauritaniens, ça y est, c'est devenu une tradition, on nous réserve deux ou trois postes ministériels ; histoire de nous engager dans une compétition dont –on ignore les règles du jeu et de facto dont nous sommes perdant avant même le coup d'envoi.

En ce qui concerne les réfugiés, évidemment une question assez brûlante ; il ne suffit pas de leur demander de rentrer en Mauritanie pour être perçu comme un démocrate ; ou encore pour avoir résolu cette question. A mon avis, cette question est la plus complexe si non l'une des plus complexes.

Ces hommes et ces femmes, pour les uns, jetés sur un territoire inconnu pour une soi disant guerre avec le Sénégal ; et dont- ils n'en savent trop rien mais pour laquelle, ils paieront au prix de leur vie. Et pour les autres parce qu'ils ont osé dire non à un système qui les défavorise, les traite comme des indigènes et les envoie à la mort par centaine ; ils seront justement à ce titre, injustement poursuivis et contraint à l'exil.

Ce retour ne peut être possible que lorsqu'il est organisé sous l'égide de la communauté Internationale qui s'assurera de la sécurité des réfugiés sur l'aile du temps ; et par ailleurs leur réintégration dans la vie professionnelle pour les fonctionnaires, la restitution de leurs biens ; terres, maisons qui aujourd'hui sont encore entre les mains de leurs nouveaux maîtres, et en sont fiers au nom du droit de l'injustice.
Cet appel en faveur des réfugiés ne peut être rassurant et sérieux ; en tout cas, à regarder de près les méthodes utilisées.

Les quelques prisonniers qui ont été libérés peut correspondre à une certaine motivation politique : Hanana, Chibih ...Ces gestes visent une fois de plus à tromper l'opinion Internationale, laquelle n'est plus dupe sur ce qui se passe en Mauritanie.
En définitive, il n'y a pas de doute la peur et la crainte sont toujours présentes.
Le sourire n'est toujours pas retrouvé ; l'espoir aussi.


SEYRE SIDIBE, A titre personnel.























Mercredi 21 Décembre 2005 - 22:43
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :
1 2