Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Sénégal: marche à Dakar contre les violences faites aux journalistes


Manifestation contre les violences faites aux journaliste
Manifestation contre les violences faites aux journaliste


Plusieurs centaines de personnes ont participé samedi à Dakar à une marche, à l'appel de syndicats de la presse notamment, pour "réclamer justice" à l'égard de policiers ayant battu deux journalistes, dont l'un est toujours hospitalisé, après un match de football le 21 juin.

La manifestation à laquelle ont pris part des journalistes, des hommes politiques de l'opposition et du pouvoir, des membres de la société civile et des intellectuels, s'est déroulée près du centre ville de Dakar, sur une distance de quelque 3 km.

"Nous réclamons justice", "Le monstre est toujours là", "policiers = tortionnaires" sont quelques unes des inscriptions sur des banderoles et panneaux portés par les manifestants -- estimés à 2000 par les organisateurs et à 500 par la police -- qui ont scandé des slogans pour la liberté de la presse.

La marche a été organisée par le Comité pour la défense et la protection des journalistes, regroupant notamment des syndicats et des éditeurs de presse, mis en place après "le tabassage" samedi 21 juin de deux journalistes sportifs par des policiers lors d'un match de football international.

Les journalistes Boubacar Kambel Dieng de Radio futurs médias (RFM, privée) et Karamoko Thioune de West Africa democracy radio (WADR, privée) ont été violemment frappés par des policiers à la fin du match Sénégal-Liberia (3-1) à Dakar alors qu'ils attendaient les joueurs pour des interviews.

M. Dieng est depuis une semaine hospitalisé dans une clinique de Dakar après avoir été "menotté", "sauvagement battu" et avoir reçu des coups de "matraque électrique" de policiers selon RFM.

Karamoko Thioune, qui avait quitté l'hôpital quelques heures après cet incident, avait indiqué à l'AFP avoir reçu des coups "à la poitrine et sur la tête".

"Nous avons marché pour protester contre toute forme d'impunité et d'atteinte aux lois et règlements", a déclaré à la fin de la manifestation, Yakham Mbaye, porte-parole du Comité.

L'agression contre MM. Dieng et Thioune "est indigne de ce pays" et "ternit la réputation de démocratie que revendique" le Sénégal où plusieurs violences contre des journalistes ont été observées ces derniers mois, a ajouté Yakham Mbaye.

Une délégation de cinq personnes a ensuite remis un mémorandum au ministre sénégalais de l'information, Abdou Aziz Sow, à la fin de la manifestation, qui, encadrée par la police, s'est déroulée sans incident.

Le ministère sénégalais de l'Intérieur a annoncé, dans un communiqué parvenu samedi à l'AFP, la mutation dans d'autres services de policiers "reconnus coupables de manquements", lors de l'incident du 21 juin, "en attendant la fin de l'enquête en cours".

Le nombre et l'identité de ces policiers n'ont pas été précisés.

Samedi, plusieurs journaux, radios et sites d'informations sénégalais ont publié un éditorial commun, "Debout frères", dans lequel ils estiment que "les délits apparemment commis" par les journalistes agressés "ne sont que des actes de bravoure démocratique dans un pays (le Sénégal) où le droit d'informer devient de plus en plus dangereux".

"Ce n'est pas en s'inscrivant dans une logique de diabolisation des acteurs du secteur des médias" que les contempteurs des journalistes "arriveront à imposer leur mode de domestication de l'information, d'uniformisation de la pensée", écrivent-ils.



__________
Source: TV5
(M) avomm
Samedi 28 Juin 2008 - 17:24
Samedi 28 Juin 2008 - 17:29
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589