Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Ahmed Ould Daddah / Kane Hamidou Baba : La guerre des “présidents” du RFD aura-t-elle lieu ?


Ahmed Ould Daddah / Kane Hamidou Baba : La guerre des “présidents” du RFD aura-t-elle lieu ?
En compagnonnage politique dès les années 90 en perspective de la démocratisation de notre pays, le président du RFD, Ahmed Ould Daddah et son vice-président Kane Hamidou Baba, sans jamais atteindre leur objectif, ont fini par s’entredéchirer, aujourd’hui, du moins, politiquement, pour cause de participation ou non à l’élection présidentielle du 06 juin 2009.

L’élection présidentielle, d’ailleurs, reportée au 18 juillet prochain, mais du reste, ce report n’a pas ramené les deux hommes à des meilleurs sentiments. Mieux, la tendance favorable à Kane Hamidou Baba menace d’ester en justice celle d’Ahmed Ould Daddah pour une gestion " personnelle et opaque" des affaires du parti RFD.

La démocratisation de l’Afrique avait commencé après la conférence franco- africaine de La Baule de juin 1990 au cours de laquelle, le président français, François Mitterrand dira sans ambages à ses hôtes africains et arabes que "le vent de la liberté qui a soufflé à l’Est devra inévitablement souffler un jour en direction du Sud".

En les invitant à la démocratisation de leur pays, il ajoutera qu’"il n’y a pas de développement sans démocratie et il n’y a pas de démocratie sans développement."

A la sortie de cette conférence de La Baule qui s’est déroulée du 20 au 21 juin 1990, les Chefs de l’Etat du continent africain présents dont le nôtre à l’époque n’ont pas perdu du temps pour se mettre dans le sens du "vent ". Ainsi le vent de la démocratisation a, non seulement, permis à la Mauritanie de se doter d’une nouvelle constitution au 20 juillet 1991, mais aussi, aux Mauritaniens d’avoir la liberté (la liberté d’association et la liberté d’adhérer à toute organisation politique ou syndicale de leur choix).

Ce vent de démocratie, soufflant sur le pays, a libéré les uns et les autres de se rencontrer en perspective de bâtir une Mauritanie nouvelle. C’est ainsi que, Kane Hamidou Baba et Ahmed Ould Daddah, idéologiquement proches, se sont rencontrés dans l’espoir de participer à l’instauration et l’ancrage de la démocratie dans notre pays.

Un si long chemin ensemble

Les deux compagnons hommes politiques - Ahmed Ould Daddah et Kane Hamidou Baba- ont politiquement tout partagé de 1992 au 11 mai 2009. Et ont été solidaires et unis, non seulement, dans la douleur (les défaites présidentielles de janvier 1992, de novembre 2003, de mars 2007), la dissolution de l’Union des Forces Démocratiques / Ere Nouvelle (UFD/EN) en 2001, la prison, la misère de la vie d’un opposant, la frustration, la protestation…), mais aussi dans la joie (des congrès ordinaires et extraordinaires, des victoires législatives, des deux derniers coups d’Etat, de combats démocratiques, des campagnes électorales, des journées de réflexion…)

Egalement, les deux compagnons n’ont pas lésiné sur les moyens pour apporter les preuves démocratiques justifiant le blocage des institutions républicaines. Le 1er vice-président, Kane Hamidou Baba n’a pas hésité à prendre la tête de la guérilla parlementaire contre le président déchu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Il faut noter qu’ils ont été les tout premiers opposants à soutenir le "Mouvement de la rectification" du général Mohamed Ould Abdel Aziz. Un soutien qui finira par porter un coup dur à leur histoire d’amour politique.

Le début de la "guerre"

Revenu de Paris, le samedi 11 mai 2009, le président du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), Ahmed Ould Daddah a tenu, nuitamment, au siège central du RFD sis à Tevragh-Zeina, une conférence de presse, au cours de laquelle, il a annoncé de vive voix la suspension de son 1er vice-président, Kane Hamidou Baba, des instances dirigeantes.

Dans sa réponse de berger à la bergère, le lendemain, le 12 mai 2009, ce dernier a répliqué à travers une conférence de presse organisée à La Case pour dire sans ambivalences que sa suspension est "nulle et non avenue". Puis il défendra bec et ongle l’agenda électoral "unilatéral" du candidat du changement constructif, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Mieux, en compagnie de la tendance du RFD favorable à l’élection, il se portera candidat pour ces présidentielles du 06 juin, finalement reportées au 18 juillet 2009 grâce à l’accord de Dakar. Lors de sa conférence de presse tenue le jeudi 04 juin 2009, à l’Hôtel Khatter, Kane Hamidou Baba ne cessera pas de clamer son appartenance au RFD.

Face à l’investiture d’Ahmed Ould Daddah, la "tendance du RFD favorable à la participation à l’élection présidentielle 2009" de Kane Hamidou Baba n’a pas tardé à réagir à travers un communiqué, dans lequel elle déclare : "Le samedi 6 juin 2009, nous avons été surpris d’apprendre que le Conseil National et le Bureau Exécutif du parti, de notre parti, le Rassemblement des Forces Démocratiques ont été convoqués pour la tenue d’un congrès extraordinaire du parti. (…) "En tout état de cause, nous tenons à réaffirmer avec force que si la gestion personnelle et opaque des affaires du parti devrait perdurer, nous tirerons toutes les conséquences juridiques et politiques pouvant en découler". Est-ce une menace d’ester Ould Daddah ?

Du moment où, Ahmed Ould Daddah est investi comme candidat pour les présidentielles du 18 juillet 2009, on peut dans ce cas, dire sans aucun risque de se tromper, que toutes les ’’tendances’’ du RFD sont désormais favorables à la participation à l’élection présidentielle. Si Ahmed Ould Daddah a été investi par les instances du parti, Kane Hamidou Baba, lui, ne l’a pas encore été. D’où la nouvelle pomme de discorde entre les deux ’’tendances’’.

Et celle de Kane Hamidou Baba finira-t-elle de joindre l’acte à la parole pour ester en justice la tendance favorable à Ould Daddah pour une gestion "personnelle et opaque" des affaires du parti ? Le moins que l’on puisse dire est que la guerre des ’’présidents’’ du RFD, est en passe de devenir un affrontement politique et peut-être juridique.

CAMARA MAMADY
mamady20012001@yahoo.fr



Source: nouakchott info
Samedi 13 Juin 2009 - 04:40
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543