Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Collectif de défense dans le dossier AIR MAURITANIE : «Le ministère public s’obstine dans le refus d’exécuter l’arrêt de la cour suprême»


Collectif de défense dans le dossier AIR MAURITANIE : «Le ministère public s’obstine dans le refus d’exécuter l’arrêt de la cour suprême»
Le collectif de défense du premier ministre déchu Yahya Ould Ahmed Waghf et ses codétenus a organisé, mardi, aux environs de 14 heures devant le ministère de la justice, un sit-in pour protester contre la non exécution par le parquet de l’arrêt de la cour suprême ordonnant le remise en liberté des détenus dans le dossier «Air Mauritanie».

Selon Me Abdallahi Ould Gah, le collectif a décidé d’organiser ce sit-in pour protester contre « cette violation flagrante de la loi ».

Au cours de ce sit-in les avocat ont tenu responsable de cette situation, le parquet qui, selon leurs dires, refuse l’exécution de l’arrêt de la cour suprême, au moment où tous les détenus se sont acquittés du versement de la caution de 31 millions, conforment aux dispositions de l’arrêt en question.

La cour suprême a rendu, dans la journée d’hier, un arrêt ordonnant la remise en liberté de Waghf et de ses codétenus sous une caution de 31 millions d’ouguiyas que les intéressés avaient versé le même jour au trésor public


Source: ANI
Mardi 19 Mai 2009 - 19:39
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par XMLANDIALLO le 19/05/2009 22:41
Et les 400 familles d'Air Mauritanie qui va défendre leurs droits. C'est honteux de défendre des voleurs sans scrupules. Waghef et Compagnies devraient croupir en prison, c'est tout ce qu'ils méritent. Des éléments nuisibles à la société, qui pensent qu'à leurs intérêts personnells qu'à l'intérêt de notre pays. Warkhass

2.Posté par malvara le 20/05/2009 16:15
Manifestement Monsieur "Xmandiallo" vous avez un réel problème avec la légalité. Tout homme quelque soit le crime commis a le droit d'être défendu. Il y va de l'équilibre d'un procès, c'est une question de bon sens. Particulièrement dans notre pays où certains procès ont tout simplement une portée politique. Une instance comme la Cour Suprême ordonne par arrêt la remise en liberté de détenus, et que le parquet refuse, est forcement de nature à interpeller. Le sit-in des avocats dans ce cas est tout à fait légitime et salutaire.
Je conçois volontiers avec vous que l'indépendance de la justice en Mauritanie est une grande leurre, néanmoins dans notre "chancellerie", on y trouve des hommes "droits", je pense notamment à Maitre Ebetty, Maître M'Baye.
Dans cette configuration d'amalgame entre le pouvoir et la justice, les détenus cités ne bénéficient nullement de la complaisance de notre justice, s'ils n'en sont pas lésés.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543