Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La Mauritanie divise le Conseil de paix et de sécurité


Une bonne partie des 15 Etats membres du Conseil de Paix et de Sécurité ne sont pas d’accord sur la réintégration immédiate de la Mauritanie au sein de l'UA.


La Mauritanie divise le Conseil de paix et de sécurité
A Syrte, en Libye, a eu lieu la réunion du CPS, le Conseil de paix et de sécurité, l'un des organes de l’Union africaine. Au centre des discussions, le cas de la Mauritanie et cette question : « Faut-il réintégrer immédiatement Nouakchott au sein de l'UA ou bien attendre les élections du 18 juillet ? ». Lundi 29 juin, la question est restée sans réponse, les quinze membres du CPS n'ayant pas réussi à se mettre d'accord.

Lundi soir et pendant une partie de la nuit, des consultations informelles ont été organisées pour trouver un compromis sur le statut de la Mauritanie. Le pays est officiellement suspendu et une bonne partie des quinze Etats membres du Conseil de paix et de sécurité ne sont pas d’accord sur la réintégration immédiate de Nouakchott au sein de la famille africaine.

Lundi, pendant trois heures, le débat a été intense entre partisans de la levée de la suspension et adversaires de cette solution. Les partisans du maintien des sanctions estiment que l’Union africaine doit attendre le résultat des élections présidentielles le 18 juillet prochain.

Pour des pays comme le Nigeria, l’Ouganda ou l’Ethiopie, l’ordre constitutionnel ne sera formellement rétabli qu’avec l’élection d’un président. Les autres estiment que la mise en place d’un gouvernement transitoire d’union nationale et le départ volontaire du président Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi sont autant de signes qui confirment le retour à l’ordre constitutionnel en Mauritanie.

L’Algérie, Le Burkina Faso, le Bénin et l’Angola militeraient pour qu’un signal positif soit adressé à la Mauritanie, à quelques semaines d’une élection présidentielle qui s’annonce ouverte.


Avec notre envoyé spécial à Syrte en Libye, Jean-Karim Fall


Source: RFI
Mardi 30 Juin 2009 - 13:36
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543