Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

La crise alimentaire en Mauritanie : sortir de la gestion de l’urgence



A cause des conditions naturelles difficiles, la Mauritanie est depuis des années un pays qui est structurellement déficitaire en denrées alimentaires. C’est un importateur net de produits alimentaires dont les plus importants sont le riz (environ deux tiers de sa consommation) et le blé (environ 300 000 tonnes).



Il n’est donc pas étonnant que le pays soit l’un des plus frappés par la crise alimentaire et la flambée des prix consécutive à l’envolée du prix du baril du pétrole sur les marchés mondiaux.

Cependant, les explications faciles fondées sur le climat des affaires peuvent cacher des réalités bien plus pertinentes qui méritent d’être débattues. La crise actuelle couvait déjà sous les terreaux d’une défaillance structurelle au niveau des politiques macroéconomiques dans les pays en voie de développement, particulièrement au niveau des secteurs agricoles de l’Afrique subsaharienne.

« La crise actuelle n’est pas conjoncturelle, mais bien structurelle. Il faudrait donc repenser toute la politique rurale en Mauritanie pour sortir de la gestion de l’urgence » avait lancé Amadou Oumar Bâ, spécialiste des secteurs de l’agriculture et de l’élevage à la Banque mondiale. Il s’est ainsi exprimé lors de l’examen conjoint Banque mondiale/Gouvernement mauritanien de la performance du portefeuille-pays qui a eu lieu les 22 et 23 mai à Nouakchott.

Le choc de la crise alimentaire a été d’une ampleur telle que l’année 2008 a été décrétée par les autorités locales comme « Année de l’Agriculture ».

L’intervention de l’état
Le décalage prix/salaires en Mauritanie ne cesse d’augmenter, au détriment du panier de la ménagère. Selon les derniers chiffres publiés par l’Office national des statistiques (ONS) de la Mauritanie, le taux d’inflation était supérieur à 7 % au mois de mai dernier.

Les pouvoirs publics ont dû recourir aux mesures d’urgence pour éviter que la crise alimentaire ne s'installe dans le pays. La production nationale de céréales est largement déficitaire et ne couvre en moyenne que 24 % des besoins.

Ainsi, le Gouvernement mauritanien a mis au point un Programme spécial d’intervention (PSI) qui a pour but de résoudre deux problèmes : d’un côté, une intervention d’urgence consistant à assurer l’alimentation, le contrôle des prix et la sécurité alimentaire dans la plupart des zones sensibles, et de l’autre, un autre volet structurel du programme consistant à redoubler d’efforts pour permettre des réformes profondes du secteur de l’agriculture de telle sorte que ce dernier puisse jouer un rôle décisif visant à protéger le pays d’une crise alimentaire récurrente.

Les pouvoirs publics ont également pris des mesures pour calmer les esprits, comme l’exemption de la taxe sur le riz importé, la subvention accordée à trois grandes entreprises publiques qui interviennent dans des secteurs aussi vitaux que l’eau, l’électricité, le gaz et l’import-export. Pour boucler la boucle, une augmentation des salaires des fonctionnaires de 10 % entrera en vigueur dès le 1er juillet 2008.

Invitation à passer à l’action
Lors de sa visite en Mauritanie en janvier dernier, le Président de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, a insisté sur l’urgence d’un nouvel élan dans le secteur rural de la Mauritanie, notamment la définition d’une nouvelle politique agricole capable d’assurer au pays son autosuffisance alimentaire.

En juin 2008, une mission de la Banque mondiale a séjourné dans le pays pour dynamiser les secteurs de l’agriculture et de l’élevage qui seront appelés à jouer un rôle moteur en prévision d’une baisse de la production pétrolière de la Mauritanie.

La mission a mis en place un groupe de réflexion rassemblant des experts du gouvernement et des représentants des organisations socioprofessionnelles, du secteur privé et des partenaires techniques et financiers.

Ce groupe – le Groupe de réflexion pour le développement de l’élevage en Mauritanie (GRDE) – s’est réuni le 9 juin à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, pour arrêter les objectifs, les produits attendus et les modalités de fonctionnement. Une deuxième réunion est prévue le 25 juin 2008.

La Banque mondiale dans le secteur agricole en Mauritanie

La Banque mondiale est présente dans le secteur rural à travers deux grands projets, l’un dans l’agriculture irriguée (Projet de développement de l’agriculture irriguée, PDIAIM) et l’autre dans le développement rural (Programme de développement rural communautaire, PDRC), dotés d’une enveloppe globale de 80 millions de dollars, soit le tiers du portefeuille-pays.

En plus de leurs objectifs initiaux, et à la lumière de l’actuelle crise des prix des denrées alimentaires, les deux projets vont très bientôt apporter un appui d’urgence aux autorités mauritaniennes. Dans le cadre de cette assistance, les moyens à mettre en œuvre sont encore en cours d’étude.

Dossier préparé avec le concours de l’équipe économie et développement rural de la mission résidente de la Banque mondiale en Mauritanie.


_______________
Source: ReliefWeb
(M) avomm
Vendredi 27 Juin 2008 - 15:42
Vendredi 27 Juin 2008 - 15:57
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 591