Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Lancement à Paris de la première campagne sur les dangers du blanchiment de la peau


Suzanne Oumou Niang, dermatologue, examine des plaies causées par une crème éclaircissante pour la peau à Dakar, le 20 mai 2009.
Suzanne Oumou Niang, dermatologue, examine des plaies causées par une crème éclaircissante pour la peau à Dakar, le 20 mai 2009.
Blanchir à tout prix quand on a la peau sombre peut conduire à des dégâts de santé irréversibles: pour la première fois, la mairie de Paris a lancé mardi une campagne de prévention des dangers du blanchiment des peaux noires.

Supports de cette campagne inédite: des affiches sur les panneaux Decaux des quartiers principalement touchés par ce phénomène (XVIIIème, Xème et XIXème arrondissements), proclamant "Séduire oui, se détruire non".

Elle s'appuie aussi sur une bande dessinée "Beauté d'ébène" - également consultable sur internet - soulignant que l'usage répété des produits éclaircissants entraîne des dégâts, et un fascicule pédagogique qui sera distribué dans les mairies d'arrondissement, les centres de santé et PMI.

Lors d'une conférence de presse mardi dans le quartier de la Goutte d'Or (XVIIIème) particulièrement concerné par ce problème, le député-maire PS de l'arrondissement Daniel Vaillant a indiqué qu'il s'agissait de "tirer un signal d'alarme".

De son côté, Isabelle Mananga, présidente de l'association Label Beauté Noire, a dit vouloir "déghettoïser" les circuits de distribution des cosmétiques ethniques et aider les consommateurs à sortir de l'engrenage des produits éclaircissants de mauvaise qualité.

Ian Brossat, président du groupe communiste au Conseil de Paris, qui avait initialement appelé à cette campagne il y a un an, a fait valoir le côté "précurseur" de la démarche de la municipalité parisienne, qui "rompt un tabou".

En l'absence de données chiffrées précises, la mairie de Paris estime qu'environ 20% des femmes d'origine africaine habitant la capitale utiliseraient des produits éclaircissants à base d'hydroquinone et de dermocorticoïdes aux effets délétères: outre les risques de brûlure, ces produits, souvent vendus sur internet ou détournés de leur usage médical, peuvent provoquer acné, taches, hirsutisme, vergetures, diabète etc.

"Nous essayons d'être à la pointe des combats de santé publique", a déclaré devant la presse Jean-Marie Le Guen (PS), adjoint chargé de la santé publique et des relations avec l'AP-HP, estimant qu'une campagne de ce type aurait vocation à être menée par l'Etat dans les Dom-Tom.

Phénomène de mode, répondant à de prétendus "canons de la beauté", le blanchiment de la peau touche principalement les femmes, "victimes de la domination masculine", selon Olga Trostiansky, élue PS du Xème, arrondissement particulièrement concerné.

Mais "il n'y a pas de produit miraculeux qui éclaircit sans risque" a averti le Dr Antoine Petit, dermatologue à l'hôpital Saint-Louis. Il a souligné l'universalité de la pratique tant en Afrique de l'ouest, qu'en Afrique centrale, Afrique du sud, Inde, Indonésie ou dans les îles Caraïbes. Ce problème constituerait, sur un an, 57% des consultations de dermatologie à Dakar, a-t-il noté, pointant les dangers de produits illicites trafiqués.


Source: AFP
Mercredi 4 Novembre 2009 - 13:47
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543