Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le Conseiller Porte-parole du Président de la République/ Communiqué de presse

République Islamique de Mauritanie
Cabinet du Président de la République
Le Conseiller Porte-parole du Président de la République


Le Conseiller Porte-parole du Président de la République/  Communiqué de presse


Fidèle au serment qu’il a prêté lors de son investiture de défendre la Constitution et les institutions de la République qui en découlent, et conscient par ailleurs des périls politique, économique et social auxquels le pays se trouve désormais exposé du fait du coup d’état perpétré le 6 Août 2008 contre la légitimité républicaine, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi s’est employé avec la calme détermination et l’ouverture d’esprit qui le caractérisent à mettre en échec ce coup d’état et à dénoncer la fuite en avant qui en a été la conséquence inévitable : violation des libertés individuelles et collectives, dilapidation des deniers publics et des ressources du pays, déstabilisation de l’administration de l’Etat à travers les règlements de compte et le clientélisme, domestication des media publics,…etc. Sans parler de la détérioration de
l’image du pays auprès des bailleurs de fonds, des investisseurs étrangers et des agents économiques nationaux.

Ce combat patriotique et pacifique, le Président de la République le poursuit aujourd’hui, comme depuis le premier jour, avec l’adhésion et le soutien sincères des forces démocratiques (partis politiques, syndicats, organisations de la société civile et leaders d’opinion) attachées à la légalité constitutionnelle et à la préservation des acquis démocratiques qui ont fait du pays, jusqu’au 6 Août 2008, un modèle de conversion réussie aux valeurs de liberté, de concorde nationale, de paix et de stabilité institutionnelle en Afrique et dans les mondes arabe et musulman.

C’est dans ce contexte, et pour éviter au peuple mauritanien les conséquences tragiques de la dérive totalitaire à l’intérieur, et de l’isolement économique et diplomatique à l’extérieur, qu’il a développé le 22 Janvier 2009 une initiative de sortie de crise qui, tout en préservant l’ordre constitutionnel par la mise en échec du coup d’état militaire, offre aux acteurs politiques nationaux de toutes tendances, l’occasion de se concerter pour mettre au point une solution consensuelle devant déboucher sur des élections générales présidentielles et législatives anticipées, supervisées par un gouvernement d’union nationale de leur choix, et auquel il était disposé à donner tous les pouvoirs par eux jugés nécessaires à cet effet.

Le communiqué du 20 Février 2009 émanant du Groupe de Contact International est venu confirmer une telle orientation en rejetant l’agenda unilatéral des putschistes et en encourageant les acteurs nationaux à engager un dialogue constructif avec pour cadre de référence son communiqué du 21 Novembre 2008 et les résolutions de l’Union Africaine, qui réaffirment le rôle déterminant du Président de la République dans tout processus de sortie de crise.

C’est fidèle à cette orientation que le Président de la République a accepté l’invitation du Guide Mouammar Kadhafi pour visiter la Jamahiriya et s’entretenir avec lui de la crise qui prévaut dans notre pays, dans le cadre des recommandations du Groupe de Contact International exprimées dans le communiqué du 20 Février 2009. Dans le même esprit, et en concertation avec le Président de l’Assemblée Nationale et les dirigeants du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD), le Président de la République a tout mis en œuvre pour assurer le succès de la médiation libyenne.

Le Président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi ne peut aujourd’hui qu’exprimer sa grande déception et sa profonde amertume devant l’échec de cette médiation, échec dont les causes ne peuvent aujourd’hui échapper à personne, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Mauritanie, car elles relèvent aussi bien de la forme que du fond.

En ce qui concerne la forme, cette médiation a été précédée d’une acceptation par l’Etat Libyen des lettres de créance d’un soi-disant ambassadeur du régime putschiste, puis couronnée par une visite d’état en Mauritanie, qui a constitué en somme, une reconnaissance de facto, du fait accompli putschiste, au prétexte de la célébration de la naissance du Prophète Mohamed, Paix et Salut sur Lui. Le Président de la République laisse au peuple mauritanien et aux observateurs étrangers amis de la Mauritanie le soin de tirer les conclusions qui s’imposent du sort qui a été réservé au cours de cette visite, et sous l’égide du pouvoir putschiste, à la souveraineté nationale, à la dignité du peuple mauritanien, ainsi qu’aux principes mêmes de l’ordre démocratique universel.

Quant au fond, le médiateur du Groupe de Contact International, de surcroit Président en exercice de l’Union Africaine est venu proposer, pour ne pas dire essayer d’imposer, le fait accompli du putsch en demandant, sans autre forme de procès, le départ du Président démocratiquement élu et l’application intégrale de l’agenda unilatéral de la junte militaire, transmettant ainsi à celle-ci un message erroné du Groupe de Contact en général et de l’Union Africaine en particulier, et les encourageant donc dans leur fuite en avant vers une catastrophe certaine, propre à mettre en péril l’existence même du pays.

Le Président de la République salue à cette occasion la résistance courageuse conduite par le FNDD et les forces démocratiques, ainsi que leurs positions fermes et leur engagement constant en faveur de la préservation de la dignité du pays et de la défense de ses acquis démocratiques.

Il salue, en particulier, le combat du Premier Ministre et des autres dirigeants du FNDD illégalement détenus, ainsi que la résistance de l’ensemble des citoyens mauritaniens qui, après avoir fait de notre pays un modèle de démocratisation réussie, donnent aujourd’hui au monde entier une belle leçon de lutte héroïque contre le despotisme et l’arbitraire.

Il exhorte toutes les forces nationales libres à persévérer dans leur combat légitime pour la restauration de la démocratie.

Il appelle la Communauté Internationale à assumer pleinement ses responsabilités et à préserver les principes qu’elle s’est donné par un soutien sans équivoque à la lutte démocratique et pacifique que mène le peuple mauritanien depuis le 6 Août 2008, dans le but de restaurer la légalité constitutionnelle, unique rempart contre les dérives totalitaires et le chaos économique et social en Mauritanie.

Le Président de la République réitère enfin, dans leur lettre comme dans leur esprit, les termes de l’initiative de sortie de crise proposée dans sa lettre du 22 Janvier 2009 au sommet de l’Union Africaine, complétée et explicitée dans sa lettre adressée au Groupe de Contact International réuni à Paris le 20 Février 2009.


Nouakchott, le 14 Mars 2009
Ahmed Samba Ould Abdallahi Ould Samba
Dimanche 15 Mars 2009 - 13:08
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543