Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

TAYA ACCUSE BURKINA ET LIBYE

Tentative de putsch présumée: la Mauritanie accuse le Burkina et la Libye


TAYA ACCUSE BURKINA ET LIBYE
NOUAKCHOTT, 26 août (AFP) - Le chef d'état-major de la gendarmerie nationale mauritanienne, le colonel Sidi Ould Riha, a mis en cause jeudi le Burkina Faso et la Libye, qu'il accuse d'avoir soutenu les auteurs de la tentative présumée de coup d'Etat annoncée le 9 août dernier par Nouakchott.

Dans une déclaration lue jeudi soir devant la presse à Nouakchott, le colonel Ould Riha a affirmé que la tentative de putsch avait été préparée par Saleh Ould Henennna et Mohamed Ould Cheikh, cerveaux du putsch manqué du 8 juin 2003 "qui se trouvent au Burkina Faso depuis leur fuite avec leurs amis".

Dans cette déclaration, faite à l'occasion de la conclusion de l'enquête dilligentée par la gendarmerie, le colonel Ould Riha a confirmé que le coup d'Etat devait se faire durant le voyage en France du président Maaouiya Ould Taya, initialement attendu en Provence (sud-est) le 15 août pour participer aux festivités commémoratives du débarquement des alliés.

Il a précisé que ses instigateurs devaient utiliser des moyens mis à leur disposition par le Burkina Faso qui selon lui "leur apporte appui et encadrement".
Le cononel Ould Riha a également annoncé que "deux goupes de commandos devaient faire leur entrée dans le pays entre le 16 et le 20 août en provenance du Burkina Faso et de la Libye, comprenant des Mauritaniens et des élements de l'Azawad" (Touregs maliens), après une réunion préparatoire entre les principaux dirigeants du putsch à l'intérieur du pays. Selon un collaborateur du chef d'état-major de la gendarmerie, les officiers arrêtés à la suite de la tentative du putsch sont "au nombre de 31".

La télévision nationale a diffusé jeudi soir les aveux de deux des officiers qui reconnaissent leur implication dans la tentative du putsch en collaboration avec les auteurs du putsch du 8 juin. L'un deux, le lieutennant-colonel Mekhalla Ould Cheikh Ahmed, a notamment affirmé que la Libye et le Burkina Faso étaient impliqués et qu'ils devaient fournir moyens et assistance.
"L'enquête a permis de déterminer la responsabilité de chacun et ces résultats ont été remis à l'état-major de l'armée nationale", a ajouté le cononel Ould Riha.

Toujours selon le colonel, les auteurs du putsch avaient prévu d'attaquer simultanément des garnisons militaires à Nouakchott et à l'intérieur du pays, après avoir éliminé physiquement tous les officiers hostiles à leur projet. Ils avaient selon lui réussi à recruter leurs collaborateurs, essentiellement parmi les officiers de l'armée et des forces de l'ordre, suivant "des procedés très subtils et rusés consistant à tester l'individu avant de l'approcher directement".

La semaine dernière, le ministre maritanien de la Défense, M. Baba ould Sidi, s'était rendu au Burkina Faso pour remettre un message du président Ould Taya à son homologue Blaise Compaoré. Ce texte évoquait la recente tentative de coup d'Etat, avait annoncé l'AMI.
La Mauritanie a déjà accusé à plusieurs reprises la Libye de fomenter des troubles sur son territoire

Mercredi 12 Avril 2006 - 21:15
AFP
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 558