Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Vaincre la crise alimentaire


Vaincre la crise alimentaire
Aujourd’hui en Mauritanie, les familles ont des difficultés à remplir les assiettes, et dans la plupart des cas elles n’y parviennent pas, à cause de la hausse spectaculaire du prix des denrées alimentaires.

Il faut agir immédiatement.
La crise alimentaire provoquée par la brusque augmentation des prix des matières premières agricoles, elle-même répercutée dans les prix des produits alimentaires, bouleverse beaucoup de choses. La remontée des prix est une bonne nouvelle pour les agriculteurs qui en bénéficient (les occidentaux) - et tous n’en bénéficient pas - en revanche elle pose un très grave problème aux consommateurs des pays en développement, en l’occurrence la Mauritanie.

L’état a le devoir de donner accès à tout moment pour chaque individu à une nourriture quantitativement et qualitativement suffisante pour mener une vie saine et active. Tel n’es pas le cas en Mauritanie, car on assiste à une frange de la population sous alimentée (qui n’a même pas accès à du lait frais) et l’autre qui vit dans un luxe insolent.

Cette crise alimentaire, qui s’ajoute aux crises climatique, énergétique et financière, nous oblige à voir la réalité en face, ce qui nous amène à remettre en cause notre politique agricole et alimentaire.
Il s’ensuivra, on peut le penser et l’espérer, des comportements citoyens nouveaux, conduisant à faire confiance, au moment des élections nationales, à des gens qui représenteront les intérêts du peuple, avant ceux des multinationales (des gros commerçants).

Actuellement, l’idéologie capitaliste exerce son emprise partout, en partant d’un consensus supranational sur la globalisation, relayé par des élus politiques consentants ou complices, au niveau de l’Etat.
<<Il incombe à chaque Etat intéressé, conformément à ses droits souverains et à sa législation interne, d'éliminer les obstacles qui entravent la production alimentaire et de fournir des encouragements suffisants aux producteurs agricoles. >> Une Institution publique qui a pour mission de veiller sur la constance disponibilité des produits alimentaires au niveau national a été mise en place depuis 1982 par le gouvernement (le commissariat à la sécurité Alimentaire). Cette institution est l’une des institutions étatiques les plus critiquées pour mauvaises gestion et manque de transparence. (D’ailleurs le site internet n’est pas mis à jour depuis 2006).
Le CSA qui était sensé d’éliminer les obstacles qui entravent la sécurité alimentaire et, d’avoir comme priorité la lutte contre la pauvreté ne joue pas pleinement son rôle.
Dans un pays où 51 % des ménages sont pauvres et 26 % sont extrêmement pauvres. La pauvreté est très prononcée chez les ménages ruraux, dont 58 % sont considérés comme pauvres et 39 % extrêmement pauvres. Delà une nouvelle politique agricole et alimentaire s’impose car il est inconcevable et inacceptable qu’il ait des émeutes de la faim en Mauritanie comme il en avait eu en 2008 dans certains pays pauvres dont la dépendance aux produits importés s’est fortement accentuée. .
Selon certains observateurs, l’idée du PSI (programme spécial d’intervention), initié par le gouvernement de SIDIOCA est bonne, cependant, sa mise en œuvre manquait beaucoup de cohérence. (Exemple : la distribution gratuite de nourriture souvent passée date au lieu de les aider à créer ou à produire leur propre nourriture pour assurer leur survie pour les années à venir, formation accélérée de techniciens, etc.…)
Il est temps de prendre des mesures efficaces de transformation socio- économique portant sur la réforme agraire, la fiscalité, les politiques de crédit et les investissements, et de réorganiser les structures rurales (réforme des conditions de propriété, encouragement des coopératives de production et de consommation, mobilisation du plein potentiel des ressources humaines, pour les hommes comme pour les femmes), en vue d'un développement rural intégré et de la participation des petits cultivateurs, pêcheurs et travailleurs sans terre aux activités visant à atteindre les objectifs nécessaires en matière de production alimentaire et d'emploi, c'est-à-dire avoir une autosuffisance alimentaire.
Oui on peut- Yes we can.
On peut faire du Benchmarking en suivant l’exemple de la GOANA (Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance), initiée par le Président Wade du Sénégal, qui vise à mettre fin à la dépendance alimentaire du Sénégal.

NB : Les côtes mauritaniennes sont parmi les côtes les plus poissonneuses au monde, avec une population environnant seulement 3 Millions d’habitants.

En d’autre terme, la campagne électorale bat son plein, les candidats sont entrain de faire des promesses électorales, de distribuer des billets de banque de gauche à droite, au lieu de concentrer pour nous expliquer comment ils mettront en œuvre leurs promesses, comment ils vont procéder pour lutter contre la pauvreté et régler le problème de la malnutrition et de la sous-alimentation.

La réforme de la politique agricole et alimentaire est une des priorités dans le programme de L’AJD/MR.

À notre niveau, toutes les variables seront à analyser en même temps - production, commerce, consommation, changement des habitudes alimentaires, réchauffement climatique, ressources naturelles disponibles (eau, terre, énergie…) - pour déboucher sur des mesures courageuses. Par exemple, le réaménagement de terrain cultivable à la vallée, qui a des réserves importantes de terre et d’eau, mais n’a pas l’argent pour les mettre en valeur.

Un parti sérieux et organisé doit anticiper son programme, pour que, une fois conduit à la tête de l’état, ne tâtonnera pas ou fera pas de l’amateurisme dans la mise en exécution de son programme de sécurité alimentaire ou de lutte contre la pauvreté.

Ibrahima Ball

Montréal-Canada
Conseiller –Politique Agricole et Alimentaire.
et
Président du comité de soutien AJD/MR -Québec (Canada)
Mardi 14 Juillet 2009 - 15:27
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Mohamed Lemine le 14/07/2009 16:54
Merci pour cette pertinence. Cela prouve que la mauritanie a du potentiel tres mal exploite.
Je parle aussi du potentiel humain, des centaines de cadres potentiels en train de servir a l'etranger alors qu'il y a beaucoup de boulot a faire en Mauritanie.
Cela va bientot changer

INA WONA - MUM KIN -AWA NIANA - MUNA NEK

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543