Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Découvrir les « Noms de l’abolition »

Découvrir la liste des patronymes de celles et ceux qui ont reçu un nom à l’abolition de l’esclavage, en 1848, dans les colonies françaises de la Guadeloupe et de la Martinique. C’est ce que propose l’association CM98, au salon des Prévôts de la Mairie de Paris, jusqu’au 25 avril, avec son exposition, les « Noms de l’abolition ».


Découvrir les « Noms de l’abolition »
Le 27 avril 1848, un décret du gouvernement provisoire de la IIe République abolit l’esclavage dans les colonies françaises. L’une des premières mesures prises à la suite de cette décision fut d’attribuer des noms patronymiques aux "nouveaux libres". Les Guadeloupéens, Guyanais, Martiniquais et Réunionnais vivant en esclavage, avaient pour identité un prénom et un numéro de matricule.

De 1848 à 1862, dans toutes les communes de Guadeloupe et de Martinique, 160 000 personnes furent "nommées" par des officiers d’état civil selon les instructions de la commission d’abolition de l’esclavage présidée par Victor SCHOELCHER. Celle-ci avait recommandé d’attribuer des noms "variés à l’infini par interversion des lettres de certains mots pris au hasard". Ces "noms" sont consignés, pour la Guadeloupe, dans les registres des "nouveaux libres" et pour la Martinique, dans les registres "d’individualité".

Le Mémorial "Les noms de l’abolition" est constitué de panneaux grand format sur lesquels ont été retranscrits le prénom de femmes et d’hommes, célibataires, mères ou pères chefs de famille, suivi du numéro de matricule et du nom patronymique attribué aux anciens esclaves. Ce Mémorial constitue un des aspects méconnus de ce que fut l’esclavage dans les colonies françaises devenues par la suite des départements d'outre-mer : une entreprise de déshumanisation, un système sociétal dans lesquels des femmes et des hommes "sans nom" durent se construire durant des siècles. Ce Mémorial sera également pour les Antillais, l’occasion de retrouver les hommes et les femmes qui fondèrent leurs familles.

Puisse ce Mémorial nous aider à donner un sens à cette douloureuse histoire trop longtemps refoulée !


_________________
*** Accès à l'exposition du 01 au 25 Avril, de 10h00 à 18h30
du 1er au 17 avril 2009 : par le Parvis de l’Hôtel de Ville - du 18 au 25 avril 2009 : par le 3 rue de Lobau. (Sauf les lundi 6, mardi 7 et lundi 13 avril 2009 et les dimanches)


Source: grioo

Mercredi 8 Avril 2009 - 13:32
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 555