Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

Le parquet de Dakar reçoit l'ordre d'arrêter Hissène Habré

On s’achemine sans doute vers l’extradition de Hissène Habré. Le ministère de la justice a donné l’ordre au parquet de Dakar d’arrêter Hissène Habré, rapporte la radio Rfm.


Le parquet de Dakar reçoit l'ordre d'arrêter Hissène Habré
Cependant la justice sénégalaise ne s’est pas encore prononcée pour son extradition vers la Belgique. « Ce sera sans doute la suite logique de cette ordre donnée au parquet », explique un membre des organisations des droits de l’homme. Depuis le début de cette affaire, plusieurs organisations avaient demandé « l’arrestation immédiate de Habré » avant que ce dernier ne « puisse s’enfuir vers un autre pays ». En attendant que la justice sénégalaise se prononce pour son extradition.


Sur un autre front la pression continue de monter sur le Sénégal, un millier de personnes a manifesté samedi à N'Djamena pour exiger l'extradition de l'ex-président tchadien Hissène Habré, réfugié au Sénégal depuis 1990 et poursuivi devant la justice belge pour des crimes commis pendant sa présidence. Rassemblés à l'appel d'un collectif d'associations de la société civile, les manifestants, encadré par imposant dispositif policier, ont défilé dans les rues de la ville en brandissant des pancartes frappées de slogans tels que "Hissène Habré doit être extradé" ou "Président Wade, souvenez-vous de vos multiples promesses".


Quelques femmes habillées de noir en signe de deuil ont ouvert le cortège en portant des photos de victimes de la répression pendant l'ère Habré (1982-1990) barrées de la mention "nul n'est au-dessus des lois". Au terme de leur défilé, les manifestants ont lu un message adressé à la France et à l'Union européenne (UE), auxquelles ils ont demandé "d'user de (leurs) relations diplomatiques et amicales afin d'obliger le Sénégal à extrader Hissène Habré".

"La demande d'extradition de Hissène Habré (...) s'inscrit dans la lutte universelle contre l'impunité et le Sénégal, maillon de cette chaîne ne doit pas rompre en refusant d'extrader Hissène Habré", ont-ils par ailleurs écrit au président sénégalais Abdoulaye Wade.


Les manifestants ont également été reçus par une délégation gouvernementale conduite par le ministre de la Sécurité publique Routouang Yoma Golom, qui leur a assuré que "le gouvernement (appuyait) toutes les demarches engagées afin que les droits soient dits". Sur la base d'une plainte déposée en 2000 par un Belge d'origine tchadienne, la justice belge a lancé le 19 septembre un mandat d'arrêt international à l'encontre d'Hissène Habré, qui vit à Dakar depuis son renversement par l'actuel président Idriss Deby en 1990.


Elle lui reproche des "violations graves" des droits de l'Homme, dont des "arrestations collectives et arbitraires, des meurtres en masse et des actes systématiques de torture contre les membres de certaines ethnies du pays". Les autorités sénégalaises ont indiqué à plusieurs reprises qu'elles ne s'opposeraient pas à son extradition vers un pays où un procès équitable lui serait garanti mais se sont contentés pour l'instant de placer l'ex-dictateur sous résidence surveillée.
Dimanche 13 Novembre 2005 - 19:51
Radio rfm via Rewmi.com
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 558