Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Les tabous de l’esclavage : Chasseurs d’esclaves - Mardi 24 Juin à 21h00 sur ARTE


THEMA

L’histoire de l’esclavage ne se réduit pas à la traite transatlantique organisée par les Européens. La plupart des royaumes africains y ont participé, et la traite sur le continent noir comme en terre d’islam a été considérable. Aujourd’hui encore, le phénomène perdure en Mauritanie. Avec deux films inédits, Daniel Leconte ouvre le débat sur une réalité occultée.

En Mauritanie, avec l’aide de militants abolitionnistes, un esclave évadé part à la recherche de sa soeur toujours en captivité, bravant l’ordre établi. Un document exceptionnel. Mars 2008, à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Bilal, un esclave évadé, porte plainte. Sa soeur est détenue par une famille maure depuis la naissance. Elle a 40 ans. “Elle travaille jour et nuit, sans salaire”, dénonce-t-il. Et ses enfants sont le fruit des viols de son maître. Deux militants de l’association mauritanienne SOS Esclaves décident d’aider Bilal à libérer sa soeur, de gré ou de force.

Ils savent que la tâche ne sera pas facile. Issu d’un système traditionnel millénaire, l’esclavage mauritanien, qui n’a été officiellement mis hors la loi qu’en 2007, structure la société tout entière, souvent avec l’accord tacite des autorités. Une caravane se met en route à travers le désert, accompagnée par la caméra de Sophie Jeaneau et Anna Kwak. Un reportage exceptionnel sur le combat forcené des abolitionnistes d’aujourd’hui, décidés à éradiquer l’esclavage en terre africaine.

Multidiffusion le 3 juillet à 10h00


Mardi 24 Juin 2008 - A 21 h 45
Les esclaves oubliés
Documentaire d’Antoine Vitkine
ARTE France, France, 2008, 45mn

Multidiffusion le 3 juillet à 10h45

L’histoire méconnue des traites négrières africaine et orientale, racontée par les meilleurs spécialistes de la question, notamment arabes et africains.

La traite transatlantique, organisée par les Européens, avec ses douze millions d’Africains déportés vers les Amériques en l’espace de deux siècles et demi, ne fut pas la seule. Ce documentaire raconte l’histoire de la traite orientale et arabo-musulmane, au cours de laquelle dix-sept millions d’Africains ont été réduits en esclavage pendant quatorze siècles. Il s’intéresse également à une filière encore plus méconnue, la traite interne à l’Afrique noire, menée pendant des siècles par les royaumes africains. Il montre enfin que ces systèmes ont perduré dans le monde musulman et en Afrique noire jusqu’au milieu du XXe siècle. Comment étaient capturés ces esclaves ? Dans quelles conditions étaient-ils déportés ? À quoi étaient-ils employés ? Les spécialistes Salah Trabelsi, Ibrahima Thioub, Henri Medard ou Mohamed Ennaji répondent à ces questions. Les historiens tentent également d’analyser la raison pour laquelle cette réalité suscite des controverses toujours vives, aussi bien dans les mondes africain et musulman qu’en Occident.

L'esclavage aujourd'hui

Quand une exploitation maximale assure des profits considérables…

Le mot « esclavage » évoque immédiatement la Rome antique ou les Caraïbes du XIXe siècle. Pourtant, il y a encore des esclaves au XXIe siècle. L’Américain Kevin Bales, spécialiste d’histoire économique, estime que dans le monde, 27 millions de personnes vivent sous l’entière domination d’une autre qui les exploite. Cet esclavage moderne est particulièrement présent sur le sous-continent indien ; cela dit, il est loin d’avoir disparu en Afrique du Nord et de l’Ouest.

Un article de Uwe Oste

____________
Source: ajdmr
(M) avomm

Lundi 23 Juin 2008 - 22:40
Lundi 23 Juin 2008 - 22:48
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 588