Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les tenanciers et les idéologues du système au sortir de leur conclave


Les tenanciers et les idéologues du système au sortir de leur conclave; auquel ont été conviés les artisans et autres auteurs, également co-auteurs, tout aussi les architectes et maîtres d'œuvres de l'ouvrage devant parachever la citadelle du mal, version beydan de l'apartheid; viennent de définir leurs actions à venir, après avoir regardé à la loupe celles passées. La technologie étant l'étude de toute technique visant à la base tout sauf l'humain; eh bien pour que l'homme nègre soit l'objet de cette toute nouvelle discipline des sciences d'extermination humaine; celle-ci allait être associée à une idéologie. Ainsi donc devait naître tout une panoplie de terminologies du genre amnistie, oubli, et passif humanitaire, grappe de mots dont même les équivoques sont d'avance peaufinées et policées pour que le profit soit grand ; tellement grand qu'il porte ombrage à nos maux. Ces maux infligés depuis pratiquement toujours au point que certains parmi nous au nom d'un droit divin, certainement pas preneur de nos valeurs négroïdes croient que les maîtres aussi longtemps n'auront pas octroyé la qualité de victimes ; eh bien nous n'avons le droit de crier nos souffrances et dire nos maux, en somme de nous assumer en humains adultes et responsables. Le danger de l'esclavage est que la mémoire est aussi bien altérée qu' aliénée et les victimes à s'y méprendre passent pour n'être qu'un ensemble de conséquences doué d'instincts à défaut de n'être que des automates agissant au gré des seigneurs enturbannés.

Un nombre important des nôtres s'est inscrit sur ce cynique registre, amnésiques qu'ils sont ; ils en oublient les premières victimes, que sont leurs géniteurs, nos géniteurs arrachés, prélevés et traités comme du bétail. Nos géniteurs sous terre doivent se retourner en réalisant ne pouvoir se reconnaître dans nos gênes ; se reconnaître en nous. Est il nécessaire de s'ingénier pour se sortir de cet enfer?

Sans doute pas ! Il nous suffit tout simplement de singer les jouisseurs heureux d'une vie digne d'un homme, nos contemporains qui vivent dans ce même monde et sur la même planète que nous. Et seulement après quoi nous nous ingénierons à conserver la reconnaissance des nôtres et le respect de nos semblables. Force est de reconnaître que nous en sommes loin. L'espoir est tout de même permis.

Des personnages, par tactique, modestes et effacés ont été incarnés et ont joué leur partition. Pour ne pas se compromettre, on use plus des défauts et méthodes n'étant plus admis aux normes actuelles du monde trop regardant sur les formes et gestions d'accession à la suprématie. En conformité les beydans viennent de rassembler, fondre et uniformiser à travers une simple formalité électoraliste ; de passer à la phase supérieure. Qu'en est-il d'une élection qui exclut de la représentation le grand nombre, sinon la quasi-totalité de la population ?

Le corporatisme et la collaboration d'une certaine classe au sein des structures aux allures démocratiques ne doivent en aucun cas nous détourner de l'essentiel, l'idéal qui se résume en une adhésion au rassemblement, vecteur d'un état responsable ; à l'opposé d'un état raciste, pur de tout germe de décadence et expurgé de toute impureté qui pourrait compromettre l'intégrité de l'homme et de l'état beydan. La politique raciale est bien au cœur du système, les autres aspects et rigueurs coercitives, qu'il convient d'appeler génocide et non passif humanitaire, ne sont en réalité que des moyens au service d'une tangible fin.


Maïkor Niokor DIOUF
maikordiouf@yahoo.fr
Dimanche 10 Décembre 2006 - 09:49
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :
1 2