Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Mauritanie : l’État de droit, un fourre- tout de la gouvernance de Ould Ghazouani


Dès son accession au pouvoir en 2019, le président Ould Ghazouani s’est empressé de poser les jalons d’Etat de droit sur la base de la justice du respect des libertés et la garantie de l’unité nationale et de la cohésion sociale. Après quatre ans de gouvernance ce triptyque de l’Etat droit est loin d’être respecté au point que la Mauritanie ressembler plus à une dictature militaire qu’une démocratie.

Autrement dit une dictature militaire sous vernis démocratique. En voulant rompre avec la gouvernance autoritaire et arbitraire de son prédécesseur l’ancien président Ould Aziz, le président Ould Ghazouani n’a pas fait mieux dans le domaine de la restauration de l’Etat de droit. Ce n’est un concept fourre-tout à travers les discours officiels d’investiture en passant par les bilans annuels de l’action gouvernementale et les festivals des villes anciennes. C’est une exigence de la constitution et de la démocratie. Cela ne passe pas des pipelines d’urgences pour des nominations monocolores dans l’armée la gendarmerie la garde nationale et la police.

Après quatre années de gouvernance ce sont les dérives autoritaires qui prennent le dessus sur le respect de la justice comme en témoignent les quatre assassinats de paisibles citoyens depuis 2020 sans qu’aucun des criminels issus des forces armées et de sécurité soit puni. La palme d’or de la restriction des libertés revient à la loi qualifiée de liberticide pour la protection des symboles de l’Etat dont la conséquence est l’injustice flagrante de la condamnation d’un député à l’Assemblée nationale pour offense au chef de l’Etat.

Un exemple d’abus de pouvoir du chef de l’exécutif sur le législatif. Les arrestations arbitraires de manifestants pacifiques à Nouakchott et à l’intérieur du pays sont fréquentes Les observateurs pointent également la tolérance des prévaricateurs du régime qui détournent l’argent public au niveau des marchés publics de gré à gré et qui ne sont pas inquiétés par la justice. Quatre ans de main qui tremble c’est un pari perdu de Ould Ghazouani pour restaurer un Etat de droit écorné par son prédécesseur.

Cherif Kane

Source : Kassataya
Vendredi 8 Décembre 2023 - 17:43
Vendredi 8 Décembre 2023 - 17:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7