Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Mauritanie : la nomination de nouveaux juges renforce les tribunaux monocolores


Le conseil supérieur de la Magistrature vient de nommer 21 juges sortant de l’Ecole Nationale d’Administration de la Magistrature et du Journalisme et intégrés depuis 2020. Pour les observateurs cet élargissement de la famille judiciaire monocolore s’inscrit dans le cadre d’un système judiciaire à plusieurs vitesses.

A travers ce système judiciaire monocolore c’est l’Etat de non droit qui ne date pas d’aujourd’hui et qui est pointé par les observateurs. Le président du conseil supérieur de la justice, le président Ould Ghazouani persiste dans ses nominations monocolores en renforçant les tribunaux avec 21 nouveaux juges sortis de l’Ecole nationale d’Administration de la magistrature et du journalisme de Nouakchott et intégrés depuis 2020.

Ce nouveau contingent de juges intervient dans un contexte de la réforme de la justice qui laisse planer des doutes sur sa feuille de route qui a du mal à convaincre même le premier ministre dans son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. Ce zapping du chef du gouvernement est révélateur de la mauvaise tenue des Etats généraux de la justice.

Pour les observateurs la justice mauritanienne est loin d’être indépendante. C’est Ould Ghazouani qui empiète sur tous les pouvoirs en tant que président du conseil supérieur de la Magistrature. Et son ingérence dans les affaires les plus délicates comme l’assassinat de l’activiste des droits de l’homme Chouvi Cheine, n’est plus à démontrer.

Ensuite la justice n’est pas encore républicaine parce que toutes les composantes nationales ne sont pas ou mal représentées au sein des organes et institutions de l’Etat. Autrement dit la justice mauritanienne est partiale comme en témoignent les affaires sur l’esclavage avec des tribunaux complaisants.

La dernière condamnation à moitié d’une famille esclavagiste à deux ans de prison fermes par le tribunal de Nouakchott alors que la loi incriminant l’esclavage prévoit de 10 à 20 ans de prison. Un Etat de droit suppose une citoyenneté égale pour tous les Mauritaniens. Le chemin qui reste à parcourir pour une justice citoyenne est encore long dans un pays gouverné par des militaires sous vernis démocratique.

Cherif Kane

Source : Kassataya
Samedi 23 Décembre 2023 - 12:12
Samedi 23 Décembre 2023 - 12:13
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5