Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Passif humanitaire : Tentative de règlement sur fond de cacophonies.

Les propositions du COVIRE pour le règlement du passif humanitaire sont actuellement soumises à un groupe d’une trentaine d’oulémas et d’imams pour «caution morale». Ces propositions seront transmises au Haut Conseil d’Etat (HCE). Les contacts menés par le Colonel Dia Adama Oumar, chef d’Etat major particulier du président de la junte, semblent se dérouler dans une certaine opacité et ne suscitent pas l’adhésion de toutes les associations de victimes. Pour y voir clair, nous avons rencontré les dirigeants de COVIRE.


Passif humanitaire : Tentative de règlement sur fond de cacophonies.
En Mauritanie, sous les mots «passif humanitaire» se cachent des centaines d’exécutions sommaires et des milliers de personnes déportées de leurs pays vers le Sénégal. Ces violations massives des droits humains dont a été victime les populations négro africaines de la vallée, ont été commises sous le régime de Ould Taya avec un pic entre 1989 et 1991.

Les autorités militaires issues du coup d’Etat du 06 août 2008 ont engagé des contacts pour trouver une solution à ce passif. Sur la question des déportés, le chef de la junte, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, après sa prise du pouvoir par la force, à vite tenu à rassurer.

Dans ses premières déclarations, il a fait état de la poursuite du retour de ces réfugiés dans leur pays. Ce retour (Voir encadré) avait été entamé sous le régime qu’il (le général) a renversé. Le 23 novembre 2008, en visite au Trarza, le général, dans un camp de réfugiés de retour, promet de trouver une solution au passif humanitaire. Avant sa visite à Rosso, le général Ould Abdel Aziz avait reçu des représentants du colectif des victimes de la répression de 1986 à 19991 (COVIRE).

Le COVIRE regroupe six organisations de rescapés militaires, de veuves, d’orphelins…Les représentants de COVIRE disent avoir remis au Haut Conseil d’Etat (la junte au pouvoir) un document intitulé «Règlement consensuel et négocié du passif humanitaire.» Un document contenant quatre devoirs : Vérité, justice, réparation et mémoire. Selon les représentants de COVIRE, pour «aller vite», pour éviter les «lenteurs administratives», le chef de la junte a pris l’engagement sur le devoir de réparation et celui de mémoire pour «régler le problème avec les victimes».

Promesse du général.

Après le voyage de Rosso, le Général Ould Abdel Aziz a chargé le Colonel Dia Adama Oumar, membre du HCE, du dossier du passif humanitaire. Le Colonel Dia a pris contact avec les représentants de COVIRE au niveau de leur siège à Nouakchott. Selon les membres de COVIRE, Monsieur Dia, au cours de cette rencontre, a révélé «les termes de références de sa mission.» Il s’agit, toujours selon les représentants de COVIRE «d’identifier et d’évaluer le passif humanitaire de 1986 à 1991, de trouver une solution pour son règlement avec les victimes dans des délais raisonnables ne dépassant pas la période de transition.»

Après la rencontre avec le colonel, COVIRE a fait des propositions entérinées par son assemblée générale. Le préalable, selon le président du Collectif, Sy Abou est : « la Reconnaissance officielle des faits et présentation officielle d’excuses par le chef de l’Etat» Passé, cette étape, le COVIRE propose «une approche globale» qui concernera les réparation pour «les ayant droits des victimes civiles et militaires de 86 à 91» Le processus d’indemnisation proposé par COVIRE s’achèvera par un remise matérielle des indemnisations aux ayants droit par une commission suivie de présentation de condoléances.»

Localiser les lieux de repos des victimes.

Comme mesure symbolique, COVIRE propose, entre autres, l’attribution de bourses aux enfants des victimes, la distribution de terrains ou de logements aux ayant droits et une prise en charge sanitaire. Pour le souvenir, le COVIRE propose de baptiser certaines rues, d’organiser des cérémonies publiques en hommage aux victimes. Certaines victimes des exécutions sommaires se trouveraient dans des fosses communes. Leurs parents n’ont jamais pris possession de leurs dépouilles.

Le COVIRE propose de localiser les lieux où elles ont été enterrées. Le COVIRE a soumis ses propositions à un groupe d’Oulémas et d’imams (une trentaine) pour «caution morale». Ces imams et oulémas étudient actuellement les propositions. C’est après « cette caution morale » que les propositions seront soumises au Haut Conseil d’Etat. «Si tout se réalise, nous envisageons d’organiser une marche de reconnaissance» dit un des responsables de COVIRE.

Opacité et controverses.

Les démarches du Colonel Dia auprès de COVIRE et des victimes semblent se dérouler sous une certaine opacité. Dans une déclaration rendue publique le 19 février 2009, les membres du Collectif des Rescapés et Anciens Détenus Politiques Civils Torturés (CRADPOCIT), ont fait état du « gel de toute activité au sein du COVIRE(Coordination des Victimes de la Répression). Ils ont aussi décidé «la mise en place d’un Comité de Crise au sein du COVIRE dont la mission est la reprise en main des errements constatés de son Président.»

Le 26 février, Lô Souleymane, président de REVE 89 (une organisation de victimes) a rendu publique une déclaration dans laquelle il est écrit : «nous dénonçons la démarche entreprise par le Colonel Dia dont l’objectif politique évident, est de gagner les victimes à la cause du pouvoir militaire. Bien entendu, cela passe par la marginalisation des organisations authentiquement au service de la défense des droits humains en l’occurrence «le FONADH»

La démarche initiée par le HCE par l’entremise du colonel Dia ne bénéficie pas de l’adhésion de toutes les victimes et des organisations qui se sont données comme objectif leur défense. «N’êtes-vous pas gênés d’être les seuls interlocuteurs du HCE ? Le passif humanitaire peut-il connaître un règlement définitif sans une approche inclusive ?»

A cette question, le secrétaire général de COVIRE, Sidibé Abou, a donné la réponse suivante : «Toutes les organisations sont visibles dans COVIRE. Notre collectif appartient à toutes les victimes de 86 à 91. Nous sommes représentatifs de ces victimes et nous restons ouverts.» Le Coordinateur du Collectif, N’Gaidé Aliou Moctar, a ajouté :

«Rien ne gênerait le COVIRE qui regroupe les membres fondateurs. Qui peut être plus légitime que ces membres. Si les accompagnants veulent être plus légitimes que les victimes, il y a problème. » Enfin, Sow Ibrahima Sidi, du collectif des policiers radiés en 89 a déclaré : «Depuis les révocation, notre collectif a enregistré le décès de 17 de ses membres qui ont laissé orphelins et veuves. S’il y a possibilité de trouver une solution, nous sommes preneurs, quitte à nous désengager par la suite si le règlement prend une direction contraire à nos attentes.»

Le processus a été engagé sous Sidi.

Sidi Ould Cheikh Abdellahi, premier président mauritanien élu démocratiquement, a pris fonction le 19 avril 2007. Le 29 juin de la même année, dans un discours adressé à la nation, Ould Cheikh Abdellahi, au nom de la République a reconnu les faits qualifiés habituellement passif humanitaire. Aux mauritaniens, il a dit «Au cours des années 80, notre pays a été le théâtre d’atteintes massives aux droits de l’homme qui devaient culminer en 1989-90-91. Des citoyens mauritaniens à l’intérieur et à l’extérieur du pays ainsi que des résidents établis en Mauritanie ont été victimes d’exactions graves et injustifiées.

Des populations mauritaniennes paisibles se sont vues contraintes à quitter leur pays. Des atteintes cruelles à la dignité, des abus et dénis de droit d’une grande ampleur ont été commis.», Toujours au nom de la République, il a exprimé «sa compassion à l’égard de toutes les victimes de ces années sombres.» «Je voudrais dire à chaque veuve, à chaque orphelin, à chaque réfugié, à chaque opprimé blessé dans sa dignité, que je partage l’intimité de leurs souffrances.» avait ajouté Ould Cheikh Abdellahi.

Dans le même discours, Sidi Ould Cheikh Abdellahi a annoncé les retours futurs des mauritaniens réfugiés au Sénégal. En mars 2008, le premier contingent de réfugiés est revenu en Mauritanie après vingt ans d’exil forcé dans des camps au Sénégal. Le Coup d’Etat du 06 août 2008 n’a pas interrompu les opérations de rapatriement.

Source: QuotidienNouakchott
Mardi 3 Mars 2009 - 20:12
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Fatim M'Bareck le 03/03/2009 22:42
"un reglement CONSENSUEL et NEGOCIE du passif humanitaite", l'intitulé pose un souci.
Consensuel pourquoi? il ne peut y avoir DEBAT sur ce crime odieux, il faut tout simplement punir les coupables connus de tous.
Négocié! Là non plus, la question ne se pose pas. les enquêtes, arréstations, jugements, et condamnations, eventuels doivent tout simplement être fait selon les normes de DROIT.
Tout ceci est un faux DEBAT.
Fatim M'Barek
Dakar

2.Posté par XMANDIALLO le 03/03/2009 23:53
PAS de pardon, pas de négociation, le passif humanitaire se règlera que devant la justice , sans elle, le pays ne connaitra pas la paix et il nyaura jamais l'unité nationale. N'importe quel gouvernement qui voudra ignorer le passif humanitaire ne connaitra pas la paix à jamais.
NON A L OUBLI

3.Posté par Kowri Soh le 04/03/2009 04:53
bismilaahirahmaanirahiimiMerci Madame Fatim Mbareck, vous êtes une femme de principe. Mais malheureusement, personne ne comprend la nature du Negre. Sinon que dire des Negres ou plutôt des «Niggers» qui négocient le GENOCIDE en douce avec la CHE, en contre partie des miettes de pain, des jujubes, des pains de singe, et de la gomme arabique? OK ! Negre Jihadistes en l'occurrence, «XmanBoghe»; « Xmanxxxxxx!», «Xman Alassane xxxxxxxxx Sow», «Xmanmauritanien », alors allez-y commentez!Ou bien vous ne commentez sur des articles sur le Forum d'Avomm que, quand il s’agit des articles qui font les éloges du petit brigadier beydane raciste qui a bel et bien participe’ au GENOCIDE contre vos propres parents—vos frères, oncles, cousins, amis d’enfance. S'ils ne sont pas tous simplement déportes' illégalement dans des camps de concentration, pour revenir dans d’autres camps de concentration dans leur propre pays.Et pour preuve, jusqu’ici vous observez un silence de mort sur l’article qui fait état de l’assassinat lâche du Président de Guinée Bissau, aux mains des militaires criminels putschistes, tous comme les militaires criminels putschistes de Mauritanie (ci-dessous).Ah ! Negres jihadistes, votre silence sur la mort du Président de Guinée Bissau se comprend aisément. Je vous défi de condamner ce meutre criminel contre le Président de Gunee’ Bissau. Et d’écrire des articles pour dire que Criminal Ould Moufasid est un criminel qui a participe’ au Génocide? Dites non au complot! Non au Negociation en douce! Comment ce criminel peut-il prétendre résoudre le Génocide—Negres Jihadistes naïfs réveillez-vous !En plus, pourquoi sur ce FORUM de l'Avomm vous ne réclamez plus l’extradition de Maouya Ould SIDA Ahmed Taya, un «meurtrier», pour reprendre les propos de Marie- Heleine. Pourquoi votre silence de mort sur ce meurtrier ? Ou sont vos articles sur lui sur le Forum Avomm?Kowri Soh, le «berger Peulh du Grand Sénégal» vous reponds et vous écoute ! La balle est dans votre camp.A suivre, inchallah !CC : FlamnetCC : http://fr.groups.yahoo.com/group/haratine

4.Posté par XMANDIALLO le 04/03/2009 17:15
Toujours HS Mr Sow, vous êtes pitoyable et vous n'avez pas votre place aux Flams, des gens qui sont là à défendre des idées et non attaquer les autres qui ne pensent pas comme vous. Vous ne rapportez rien sauf la division et la haine.
Pourquoi vous aussi mr Sow vous ne réclamez jamais l'extradition de TAYA, vous croyez être meilleur que tout le monde, alors vous passez tout votre temps à insulter et à critiquer, vous ne proposez rien, vous êtes avides d'idées. Restez dans votre coin, et de grace démissionnez de flam, vous n'avez pas votre place dans ce mouvement.
Sans rancune

5.Posté par Alassane Sow le 04/03/2009 22:46
Frère ou soeur XMANDIALLO,ne perdez pas votre temps avec cette personne; à cause desquelles, certaines personnes ont eu du mal à comprendre le bien fondé de la lutte, pourtant nobles des FLAM. Il est comme ça, même ses amis le savent. Juste par respect à son âge, on le laisse s'exprimer. Il a pollué tous les sites. Il ne reste plus que deux: flamnet et Avomm.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 544