Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Quel Premier Ministre pour Aziz?


Ousmane Kane, ADG SNIM
Ousmane Kane, ADG SNIM
Passée la première surprise de la victoire du candidat Mohamed Ould Abdel Aziz au premier tour, et la proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnel, les paris sont désormais ouverts pour savoir qui sera le Premier Ministre de l’ère Aziz.

Les pressentis se bousculent au portillon. Jusqu’à présent personne ne sait qui sortira du chapeau. Il faut dire que le choix du premier ministre est le premier indicateur qui montrera sous quel signe le président élu compte placer sa magistrature. Il faut souligner que les postulants ne manquent pas mais dores et déjà certains font office de favoris. Le premier favori est sans doute l’actuel locataire de l’immeuble du gouvernement.

Inodore incolore, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf sera sans doute un moindre mal et il permettra d’enclencher la transition en attendant la prochaine législature en 2011 qui sera le véritable début du mandat de Ould Abdel Aziz. En effet on le voit mal avec les difficultés économiques actuelles procéder à des élections législatives anticipées.



Cependant il pourrait aussi vouloir donner un signal fort aux catégories sociales qui ont permis son élection au premier tour et si Ba M’Baré va quitter la présidence du Sénat on le verrait bien nommer un premier ministre négro africain et dans ce cas, le candidat « naturel » serait l’actuel ADG de la Snim Kane Ousmane. Mais s’il veut faire d’une pierre deux coups Ba Coumba viendrait immédiatement sur les rangs. Certes elle a l’avantage d’être une femme mais elle manque cruellement d’expérience dans la gestion.

La dernière catégorie à laquelle il pourrait faire appel, est constituée de ceux là même dont on pense que leur adhésion au candidat a fait la différence. Il s’agit bien évidemment des Haratines. Et dans ce cas ce sont les noms de jeunes cadres comme Mohamed Ould Bilal ou encore de l’actuel haut Commissaire à l’OMVS Mohamed Salem Ould Merzoug qui est en fin de mandat, qui apparaissent en tête de liste.

Les autres candidats dont les noms sont cités sont ceux là même que l’on juge à tord ou à raison comme ayant mouillé la chemise durant la crise et la campagne. Il s’agit de Sid Ahmed Ould Raiss, Messouda Mint Baham, Bedde Ould Cheikh Sidiya, Mohamed Yahya Ould Horma, Mohamed Sidya Ould Mohamed Khaled, Lemrabot Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed, et la liste n’est pas exhaustive.

Il faut souligner que le prochain premier ministre devra faire face à des défis énormes dont on peut citer la déliquescence des services sociaux (Santé, Education, accès aux services de base.) , déconfiture de l’Administration, Crise économique et financière aigue, entreprises publiques en quasi cessation de payement (SOMELEC, PANPA, SNDE, ENER, SONADER, Mauripost, IN etc.) et enfin obsolescence ou inexistence des infrastructures.

Outre ces dossiers, le prochain premier ministre devra tout aussi vite donner des signes fort d’une lutte sans merci contre la gabegie et la corruption les deux chevaux de bataille sur lesquels le président a été élu. Pour ce faire, le futur PM doit être lui-même sans reproches et capable d’inspirer confiance aux bailleurs de fonds étrangers sans lesquels aucun des défis ne pourra être relevé.

Mss

Source: lequotidien de nouakchott VIA Cridem



Dimanche 2 Août 2009 - 18:34
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543