Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Sécurité Alimentaire en Afrique : La FAO tire la sonnette d'alarme


Sécurité Alimentaire en Afrique : La FAO tire la sonnette d'alarme

Les dirigeants réunis à Rome, ont adopté une déclaration dans laquelle, ils s’engagent à identifier les actions visant à éradiquer la fin dans le monde et à assure la Sécurité Alimentaire en Afrique



Eradiquer la faim dans le monde

A l’ouverture du sommet, le directeur général de la FAO, Jacques Diouf est revenu sur les difficultés de ce fléau qui touche plus d’un milliard de personnes dans le monde. Il estime que, l’accès à l’alimentation est le premier des droits fondamentaux de l’homme. Le pape Benoit VI, qui participe au sommet, insiste de son côté, sur ce droit qui doit être respecté par tous. Il juge inacceptable, l’opulence et le gaspillage dans certaines parties du monde, pendant que la faim ravage ailleurs. Le pape invite la communauté internationale à s’impliquer sérieusement dans le combat pour l’éradication de la faim, la misère et la pauvreté dans le monde.

Sécurité alimentaire au Mali

Le président de la république malienne, Amadou Toumani Touré, a expliqué à ce sommet, l’intention de son gouvernement, de faire de l’agriculture, le moteur de développement du Mali. Cela exige selon lui, d’énormes investissements. Il a insisté sur les potentialités agricoles du pays, expliquant que le Mali dispose de 65 millions de terres cultivables, dont 1.100.000 à l’office du Niger. On se rappelle qu’en 2004, les chefs d’Etats Africains, demandaient à chaque pays du continent, de consacrer sur 5 ans, au moins 10 % de son budget, au développement de l’agriculture. Le Mali en cette année 2009, consacre 13 % de son budget au secteur.

Par ailleurs, certaines dispositions telles la mise en place du consensus commun de l’agriculture, la création de commissariats à la sécurité alimentaire (dont dispose déjà le Mali) et le programme national de sécurité alimentaire, ont été prises.

Les chiffres de la FAO sur l’impact de la faim dans le monde sont assez alarmants. Ainsi, plus d’un milliard de personnes souffriraient de faim. Et sur le continent africain, un enfant meurt de faim toutes les 5 secondes. Sans compter toutes les maladies liées à la malnutrition.

Les grandes puissances boycottent le sommet

A l’ouverture du sommet, L’absence remarquable des huit pays les plus riches du monde a fait mouche. Le seul pays membre du G8 présent, est bien entendu l’Italie qui est l’hôte du sommet. Pourquoi les richards ont-ils boudé la rencontre ? Est-ce à dire qu’ils n’en n’ont rien à cirer du malheur des pays pauvres ? Ou simplement qu'ils ont d’autres préoccupations comme le climat et sur lequel aucune entente n'est encore trouvée.

Certains observateurs estiment que les grandes puissances en ont assez de financer la faim dans le monde. Car les véritables bénéficiaires des fonds alloués pour l’aide au développement des pays dits en voie de développement, sont les dirigeants. Mais au delà des constats alarmistes sur la crise financière et économique, sur la faim ou les menaces du réchauffement climatiques, n'est-ce pas là une formidable opoortunité pour les pays Africains de prendre leur destin en main. Initier la grande révolution verte et qui permettra au continent de s'autosuffire une bonne fois pour toutes ?



Source: jmali
Mercredi 18 Novembre 2009 - 14:15
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543