Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Sortir de la crise


Sortir de la crise
Depuis maintenant deux mois, depuis que les militaires ont décidé de déposer le Président de la République, la Mauritanie est sans gouvernement. Depuis le coup d’Etat militaire, à la vacance de gouvernement s’est ajoutée une vacance de présidence. A ces deux vacances est venu s’ajouter le spectre de la division interne et de l’isolement international.

Les grands contributeurs au développement en Mauritanie ont décidé de fermer les robinets : les accords de pêche avec l’Union Européenne, les programmes soutenus par la Banque Mondiale, la coopération bilatérale avec nombre de pays dont la France et les USA, l’aide chinoise et notamment les projets d’infrastructures structurantes telles l’extension du Port de Nouakchott, la construction d’une ligne ferroviaire, la coopération avec les pays du golf dont dépend le projet d’Aftout Essahli, tous ces chantiers sont maintenant menacés sinon largement compromis.

Nous sommes au début de la crise et le couvert végétal que les dernières pluies ont tendu sur la plupart du terroir national distrait encore les Mauritaniens des sombres perspectives qui les attendent. Personne ne souhaite la mise de la Mauritanie sous embargo diplomatico-économique. Ce sont les populations les plus déshéritées qui en souffriraient les premières et sûrement pas les plus hauts gradés de l’Armée. Mais il est clairement établi que la pratique des coups d’Etat n’est plus acceptable ni acceptée comme mode de dévolution de pouvoir. Il faut maintenant penser à sortir de cette crise. Le pays ne pourrait la supporter plus longtemps.

Aucune sortie de crise ne pourrait être envisagée en dehors du cadre constitutionnel que les Mauritaniens, aidés par leurs partenaires au développement, avaient librement et largement établi, c'est-à-dire la Constitution.

Une solution en quatre points pourrait être envisagée :

1- Rétablissement de l’Institution présidentielle avec, à sa tête, le Président élu par les Mauritaniens ;

2- Le Président dissout le Parlement et convoque le corps électoral pour de nouvelles élections législatives et sénatoriales ;

3- Dans le cas de la non obtention d’une majorité lui permettant de gouverner, le Président démissionne et des élections présidentielles anticipées sont organisées ;

4- A l’issue de toutes ces consultations, le gouvernement organise un large débat sur le rôle de l’Institution Militaire au sein de notre République.



Les militaires qui ont opéré le Coup d’Etat et renversé les institutions de la République feignent d’ignorer ou de minimiser les risques qu’encourt le Pays. Ils laissent la situation pourrir à l’intérieur et poussent les positions à se radicaliser. Ils accréditent l’idée que la Mauritanie pourraient vivre en autarcie et qu’elle n’a besoin de personne pour se développer. Les populations de Mauritanie ne le leur pardonneront pas.



Mohamed BABA
source:Mohamed Baba
Vendredi 22 Août 2008 - 19:58
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543