Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Un commerçant se dit «volé» par des éléments de la garde présidentielle (BASEP)


Un commerçant se dit «volé» par des éléments de la garde présidentielle (BASEP)
Dans une déclaration à l’ANI, le commerçant Mohamed Yeslem Ould Mohamed Abdallahi, a lancé un appel au président Mohamed Ould Abdel Aziz pour que justice soit faite dans son cas. Il accuse deux éléments de la garde républicaine (BASEP) de lui avoir volé, de sa boutique sise à « Las Palmas » dans la Moughataâ de Tevragh Zeina, à un mouvement où il estime que son affaire a été négligée par les autorités administratives de cette Moughataâ.

Il a ajouté qu’on a refusé de mettre les deux militaires du BASEP à la disposition de la brigade mixte de gendarmerie où la procédure de poursuite pourra être entamée dans leur cas spécifique.

Pour ce commerçant, cette affaires a débuté dans la journée du vendredi 31 juillet 2009, dans l’après-midi, quand des inconnus étaient venus briser la porte de son échoppe sise à Las Palmas (Tevragh Zeina) d’où ils ont volé la somme de 200 000 UM, en plus de la valeur 300 000 UM, sous forme de carte de recharge téléphoniques, en plus de cinq téléphones portables.
Après avoir saisi la police, le commissariat de Tevragh Zeina II a ouvert une enquête. Après analyse de conversations téléphoniques faites par les deux accusés à partir des appareils volés, la police les a identifiés comme étant des soldats travaillant à l’unité de sécurité présidentielle. Mohamed Yeslem poursuivra que la police a saisi le BASEP à propos de leur cas et que le commandement de cette unité a promis d’effectuer sa propre enquête dans ce cas précis.

Après deux jours, Mohamed Yeslem a dit avoir reçu un appel du BASEP pour confirmer l’exactitude de tout ce qu’il a déjà dit dans à propos de ce vol et que un téléphone volé a été saisi sur l’un des soldats concernés.

A partir de là poursuit Yeslem, le dossier a été transféré à la brigade mixte de gendarmerie, spécialisée dans ce genre de procédure concernant les militaires en service.

La brigade mixte a écrit une note destinée au BASEP, portant le numéro 10-82, en date du 4 août 2009, à deux jours du transfert du dossier, demandant la mise à sa disposition, d’urgence, des deux principaux accusés dans cette affaire.

Cette lettre est restée sans réponse, ce qui m’a conduit à saisir le parquet où j’ai introduit une plainte auprès du vice-procureur de la république, lequel m’a demandé de revenir le voir dans une semaine. Au retour, poursuit le commerçant, le vice-procureur me recommande chez le procureur général, lequel n’a jamais voulu me recevoir.

« Enfin, dit-il, je demande l’intervention du président de la République afin que justice soit faite dans mon cas, si vraiment Ould Abdel Aziz tient à ses engagements ».

source : ANI
via cridem
Jeudi 27 Août 2009 - 04:55
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Yéro SY le 27/08/2009 10:22
Non seulement ces militaires doivent être radiés de l'armée mais ils méritent de séjourner à la prison centrale. En plus de cela, le procureur de la république devrait expliquer pourquoi ces hésitations devant un cambriolage. Militaires ou pas, un voleur est un voleur. Le Président de la république est le garant de la sécurité du peuple si ceux qui garantissent sa sécurité ne l'ont pas compris, leur place n'est pas auprès de lui, mais derrière les barreaux

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543