Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Ahmedou Ould Abdalla: “Je suis particulièrement interpellé”


Ahmedou Ould Abdalla: “Je suis particulièrement interpellé”
Les jours qui viennent, sinon les toutes prochaines heures, seront décisifs pour l’avenir de la Mauritanie.Va-t-on assassiner (avec préméditation) la démocratie ou serait-on en mesure de lui épargner les caprices des politiques? La démocratie mauritanienne joue le test de la survie.

La situation est d’autant plus explosive qu’il n’y a plus, semble-t-il, de conciliabules. C’est déjà la bataille des tranchées. Alliances et contre alliances rythment les jours de la République. Démissions en cascades dans les rangs du principal parti de la majorité, fronde (dit-on) dans le Parlement, menace de motion de censure, destitution du gouvernement…

Comment les choses vont-elles évoluer? Peut-on encore sauver la démocratie? Pour tenter de répondre à ces questions et bien d’autres, le quotidien Biladi a demandé son avis à notre compatriote, Monsieur Ahmedou Ould Abdallah, secrétaire général adjoint des Nations Unies, aujourd’hui chargé d’un des plus sensibles dossiers au monde, la crise somalienne.




Diplomate chevronné, particulièrement attaché aux principes républicains, notre compatriote Ahmedou Ould Abdallah a répondu à notre requête depuis la Norvège, où il se trouve, ces jours-ci, en mission.

À la question de savoir quels sont ses sentiments face à l’ampleur de la crise qui secoue désormais le pays, Ould Abdallah s’est dit préoccupé «chaque fois que mon pays est confronté à une crise». «Je suis particulièrement interpellé, cette fois, puisqu’il s’agit de consolider une expérience démocratique porteuse d’un réel espoir».

Avant de poursuivre: «si les informations dont je dispose sont réelles, je suis préoccupé par la situation présente qui est une véritable crise. Il faut éviter tout ce qui peut fragiliser l’État».À la question de savoir si, de son avis, les militaires ont encore un rôle à jouer dans le pays, le diplomate onusien a rappelé que «l’armée mauritanienne a joué un rôle capital dans l’enracinement de la démocratie, si tant est que l’on peut parler d’enracinement. Il faut rendre à César ce qui appartient à César.

Il ne serait pas objectif de ne pas reconnaître ce rôle joué par l’institution militaire. Ceci étant dit, il faut aussi respecter les principes essentiels qui fondent la République, à savoir le respect de la répartition des pouvoirs.Il faut absolument que soient préservés les acquis démocratiques, concernant les libertés garanties par la Constitution, notamment celui de la liberté de la presse, de la liberté d’association».
"Je crois que vous journalistes, êtes les mieux placés pour apprécier à sa juste valeur ces libertés. Je me réjouis d’ailleurs de lire, de temps à autre, des articles et des commentaires très libres, ce qui jadis était quelque peu limité. Je vois également qu’un effort est fait en matière d’émancipation de la femme."

Bref, en attendant d’être plus amplement informé, je tiens à dire tout l’attachement que j’ai pour mon pays. Je lui souhaite le plus grand bien et que cette crise trouve sa solution dans l’intérêt général».

Toujours aimable et sensible, notre diplomate international qui a une longue expérience des conflits dans le monde et particulièrement en Afrique, n’a pas voulu aller plus loin. Nous le comprenons bien et vous livrons, chers lecteurs, cette conversation.

source : Biladi (Mauritanie) via cridem
Jeudi 26 Juin 2008 - 12:56
Jeudi 26 Juin 2008 - 12:58
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589