Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Amel Mint Cheïkh Abdellahi: Les raisons d’un coup d’État.


Amel Mint Cheïkh Abdellahi: Les raisons d’un coup d’État.
Environ deux semaines après le renversement de son père, Amel Mint Cheïkh Abdellahi, revient sur le processus ayant mené les généraux à opérer «ce coup d’État contre le Peuple mauritanien». Selon elle, il s’agit «d’un scénario préparé de longue date et qui devait mener, dans l’esprit de ses instigateurs, à pousser le Président à quitter le pouvoir de lui-même sous la pression».



Une destitution programmée: C’est en ces termes que la fille aînée de Ould Cheïkh Abdellahi résume le scénario qui aurait conduit à un départ «camouflé» de son père de la présidence. Les généraux avaient choisi, «par différents canaux» de faire pression sur lui. Ils ont d’abord cherché à l’affaiblir au sein de sa propre majorité «en faisant pression sur certains élus, afin qu’ils se rebellent».

Les généraux ont aussi cherché à l’acculer par le biais de sa famille en invoquant des arguments fallacieux». Mais rien n’y fit, le Président était «imperturbable et a refusé de démissionner». Et cela d’autant plus que les généraux pensaient qu’il ne pouvait pas les limoger.




Pour Amel, les généraux ont commis une erreur, dès le départ, «en pensant que Sidi sera une marionnette à leurs bottes». Mon père, dira-t-elle, est «d’apparence souple», mais il n’en demeure pas moins «un homme de principe et de conviction, ce que lui reconnaissent même ses adversaires». Et c’est ce qui a fait paniquer les généraux qui, «de dossier en dossier, voyaient la situation leur échapper».

Pour ce qui est du point de départ du divorce entre le Président et ses généraux, Amel pense que le déclic a été la démission du gouvernement de Zeïne Ould Zeïdane. Depuis ce jour, les généraux ont affiché leur véritable intention et le Président en constituait, à leurs yeux, un obstacle, explique-t-elle. Surtout qu’il avait fermé «tous les robinets». Il n’y avait pas de «facilité, ni de clientélisme». C’est alors que tous les mécontents du système se sont retrouvés à travers «des arguments aussi fallacieux qu’indignes».

Pour Amel, le Coup d’État a été monté de toutes pièces par le général Aziz, qui a engagé dans son entreprise les autres. Mais, explique-t-elle, le coup est une erreur. Dans la mesure où, c’est pour la première fois qu’un front intérieur d’opposition s’est organisé dans le pays dans l’histoire de tous les coups d’État.Pour elle, il ne peut réussir, puisque la Mauritanie avait été admise comme exemple de bonne démocratie par les États-Unis, qui ne vont pas laisser s’envoler ainsi une expérience aussi importante dans la région. Il y a aussi, dit-elle, la détermination de l’actuel Président Français, qui est un homme de conviction et de détermination, explique-t-elle en substance.

C’est pourquoi, déduit-elle, «je dis qu’à quelque chose malheur est bon». Car il faut que cela puisse constituer un exemple de dissuasion pour tous les putschistes pour lesquels une «instance internationale doit être créée afin de les juger».Pour ce qui est de l’échec présumé de son père dans le dossier du terrorisme, elle répond que ce sont plutôt les généraux qui ont échoué, «dans la mesure où le Président leur avait laissé la gestion totale de ce dossier».Enfin, Amel revient sur l’acte d’arrestation de son père.

Selon elle, il a été arrêté par l’homme qui devait le protéger et qui était déjà «démis de ses fonctions» et le Président se trouve dans une situation de personne prise en otage. Ce qui est, dans le code pénal, «une circonstance aggravante», et la peine encourue est la peine capitale.Amère, Amel conclut en invoquant, avec une certaine ironie, le fait que «l’armée dit toujours intervenir pour notre bien», or le malheur est toujours à nos portes.

Synthèse de BAM

source : Biladi (Mauritanie)
Mardi 19 Août 2008 - 13:00
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543