Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Appel du Président de la République Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi adressé au Groupe de Contact : Réuni à Paris le 20 février au siège de l’OIF


Appel du Président de la République Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi adressé au Groupe de Contact : Réuni à Paris le 20 février au siège de l’OIF
Je saisis l’occasion de la réunion consultative qui se tient à Paris le 20 février 2009, à l’invitation de l’OIF pour exprimer à vos organisations, la gratitude du peuple mauritanien pour la condamnation sans appel du coup d’état survenu le 06 août 2008 et l’exigence de restauration immédiate de l’ordre constitutionnel.

Le cadre de solution retenu le 10 novembre 2008 à Addis-Abeba par la communauté internationale, qui a placé son action sous l’égide de l’UA, a défini en particulier des éléments pour le règlement de la crise que j’ai pris en compte dans l’évaluation de la situation.

Sur cette base, j’ai formulé mon initiative de sortie de crise dans un appel que j’ai adressé le 22 janvier 2009, n’ayant pu le lire personnellement, empêché que j’étais de regagner Nouakchott ce jour-là. Je voudrais ici exprimer ma satisfaction de votre Communiqué du 28 janvier 2009 prenant note de cette initiative et rejetant toute démarche unilatérale visant à légitimer le coup d’état.

Je m’y suis engagé à entamer, une fois entièrement libre de mes mouvements, la promotion d’une concertation entre tous les acteurs politiques. Cette concertation, pour la définition d’une solution globale, consensuelle et conforme à la Constitution, devra être axée sur :

- le rétablissement du Président de la République dans ses fonctions constitutionnelles et une issue honorable pour les membres de la junte ;

- un règlement consensuel et durable de la crise politique pouvant conduire à des élections anticipées présidentielles et législatives entourées de toutes les garanties de régularité et de transparence, y compris la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale.

La promotion de ce processus consensuel passe par l’établissement de nouvelles conditions favorables à la négociation, la junte ayant jusque-là mis à profit le délai pour consolider le fait accompli. Les décisions de sanctions ciblées entérinées par le 12ème Sommet des Chefs d’état de l’UA réuni à Addis-Abeba du 1er au 04 février 2009 et mises en vigueur par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA en date du 05 février 2009 ont été opportunes dans ce sens. J’en salue la fermeté. Elles appellent un appui fort de la communauté internationale, qui confirmera ainsi son engagement et ce, en vue de contribuer à mettre un terme à ce fléau qui a brusquement resurgi sur le Continent, à partir de la Mauritanie en 2005 puis en 2008.

Cet appui confortera davantage le contexte de négociation pour le retour à l’ordre constitutionnel, l’objectif recherché à travers le dialogue n’étant pas de rendre plus élégant le maintien de la junte au pouvoir, mais plutôt de faciliter son retrait du pouvoir par une sortie honorable.

J’en appelle au sens du devoir de chaque pan de la Communauté Internationale qui assume aujourd’hui une responsabilité particulière vis-à-vis du premier pouvoir légitime africain à avoir ratifié la Charte de la démocratie, des élections et de la bonne gouvernance et vis-à-vis d’un peuple qui lutte pour recouvrer ses acquis démocratiques.


ForMauritania

Samedi 21 Février 2009 - 22:23
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 556