Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Conférence de presse conjointe du FNDD et du RFD: «Depuis 48H nous sommes parvenus à un accord non écrit mais … »


Conférence de presse conjointe du FNDD et du RFD: «Depuis 48H nous sommes parvenus à un accord non écrit mais … »
Au cours d’une conférence de presse conjointe organisée par le FNDD et le RFD, tenue au siège de ce dernier, les leaders de ces deux coalitions, respectivement Mohamed Jemil Ould Mansour et Ahmed Ould Daddah, ont tour à tour souligné que depuis 48 heures un accord non écrit a été obtenu sur les principaux points objets de discussions mais sur lequel l’autre partie serait revenu.

Prenant la parole le premier, Jemil Mansour, président en exercice du FNDD dira que «cette conférence de presse qui intervient après quelques jours de silence de notre part parce que nous avons estimé qu’il faut donner plus de chance à ce dialogue organisé à Dakar pour aboutir à un résultat positif. Nous voudrions avec cette conférence de presse, expliquer notre attitude que nous sommes toujours partant pour un dialogue constructif, positif.»

De son côté, Ahmed Ould Daddah précisera que «cet accord non écrit a été obtenu entre, naturellement, les partenaires mauritaniens, (c’est-à-dire) les trois pôles comme on les appelle, en présence de la communauté internationale et de la presse à Dakar. Cet accord non écrit a été exposé par les trois partenaires mauritaniens au président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, en présence des partenaires et des représentants de la communauté internationale.

Depuis 48H on sent, peut-être, un certain regret, une certaine volonté de retour en arrière sur certains points importants de ce projet d’accord. Je dis projet parce qu’il n’a pas été signé mais je confirme qu’il a été accepté verbalement par l’ensemble des protagonistes mauritaniens. Donc on sent depuis 48H, un certain regret, une certaine volonté de retour en arrière sur des points-clefs de cet accord et les deux délégations du FNDD et du RFD essaient depuis 48H avec patience, détermination mais aussi avec beaucoup de savoir faire de sauvegarder cet accord et j’espère qu’ils y parviendront parce qu’il va de soi qu’un accord qu’un accord est la seule issue positive de la crise grave, très grave que nous vivons depuis pas mal de temps et que comme le disent les partenaires extérieurs, notamment le Groupe de contact international sur la Mauritanie dans sa déclaration du 20 février dernier, seul un accord consensuel permettra de sortir le pays de la crise d’extrême gravité dans laquelle il se débat. Et tout accord, toute solution non consensuelle, non seulement est inacceptable mais n’a pas d’avenir.»


Source: ANI
Dimanche 31 Mai 2009 - 23:21
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Zacharia le 31/05/2009 23:24
N'importe quoi. Et quoi encore?


2.Posté par badiallo le 31/05/2009 23:55
S'il est vrai que les masses populaires sont de votre côté ,il ne reste que la rue la rue....
Si vous n'en avez pas le courage et la volonté,retournez à vos postes et sachez que le général n'ira que par la force ,il n'est pas démocrate et ne peut le devenir!

3.Posté par hdthiam le 01/06/2009 06:43
Ces gens sont les premiers delinquants de ce pays. Il sont de veritables bandits

4.Posté par Djibril BA le 01/06/2009 10:30
Je crois que Dakar c'est une perte de temps et nous commençons même à douter de l'efficacité de cette réunion. La communauté internationale doit prendre ses responsabilité car tout a été tenté et en faveur du Général. Car aujourd'hui la communauté internationale discute bel et bien avec un hors la loi. De mon point de vue elle est en train de se discréditer. Elle sait bel bien apres avoir condamné le putsh que la seule issue possible est la sanction devant l'intrangigeance de la junte et de son chef métamorphosé en civil. Le Général est clair et il l a ouvertement et publiquement annoncé que pour lui il n y aura pas de report. Il défie donc de facto la communauté internationale et Le FNDD-RFD. A bon entendeur salut :
PRENEZ DONC VOS RESPONSABILITES. Aziz gagne du temps. Il a les moyens de faire passer son coup d'état chacun le sait . Il a et le soutien de Wade depuis les premières heures de son forfait et aussi celui de Khadafi qui n'est pas passé par quatres chemins.
Le temps est à la mobilisation ou à l'acceptation du fait accompli. En terme de réalisme politique le Sénégal a intérêt à ce que quelque soit le prix il y ait la paix à ses frontières Trois pôles de tensions : Guninée Konakry, Guinéé Bissau et la Mauritanie. Qu'importe le prix de la paix pourvu pour le Sénégal qu'il y ait la paix. Nous les comprenons bien nos chers cousins seulement pour une paix durable et pour qu'enfin dorment tranquiles nos cousins il va falloir à certain moment de l'histoire des sacrifices. C'est triste d'arriver à cette conclusion mais soyons réaliste. LE GENERAL déffend ses intérêts car la criminalisation de l’esclavage, le retour des déportés, et la création d’une entité destinée à enquêter sur le passif humanitaire qui sont un préalable à l’apaisement de la société ne peut bien sur qu’inquiéter nos chers militaires car si justice existe, si un terrain propice à l’exercice de la justice venait à se mettre en place ces messieurs devront répondre un jour quant à la mauvaise gestion du pays et à l’héritage lourd qu’ils ont bâtit, contribué à bâtir ou lâchement observé se laisser bâtir.
Il est clair que les chantiers entrepris par Sidi ne pouvaient en aucun laisser dormir avec la conscience tranquille ni un exécutant ni un mandataire ni un complaisant ou collaborateur de cette triste œuvre.

BA Djibril

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543