Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Des ressortissants mauritaniens assaillent leur ambassade à Dakar:Pour réclamer le retour de la légalité constitutionnelle.


Des ressortissants mauritaniens assaillent leur ambassade à Dakar:Pour réclamer le retour de la légalité constitutionnelle.
A l’annonce du coup d’Etat militaire contre Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, démocratiquement élu, des dizaines de Mauritaniens vivant au Sénégal ont pris d’assaut leur ambassade à Dakar. Ils manifestaient pour un retour à la légalité constitutionnelle. A cet effet, ils ont promis d’autres actions contre ce qu’ils pensaient être ‘dépassé’.

Des dizaines de ressortissants mauritaniens installés au Sénégal ont pris d’assaut, hier après-midi, leur représentation diplomatique à Dakar pour exiger le retour de la légalité constitutionnelle. Malgré une chaleur torride, ils ont tenu à manifester leur désapprobation face au coup de force des généraux putschistes contre le président élu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

Refusant de taire leurs frustrations, contrairement aux diplomates ‘tenus par leur devoir de réserve’, ils ont assailli leur chancellerie pour réclamer le retour du président déchu.

‘Nous sommes venus spontanément pour manifester notre mécontentement’, a déclaré Abderahmane Ould Jdoud, un jeune Mauritanien. Selon lui, ‘ce qui s’est passé (Ndlr : hier, dans la matinée), n’est rien d’autre qu’une violation flagrante de la constitution et un coup porté aux institutions nationales’.

De son côté, Mohamed Ould Mohamed, un étudiant mauritanien, qui a tenu à marquer son opposition à ce ‘coup de force’, devant sa chancellerie, située au rond point de Colobane, non loin de place de l’Obélisque, estime que son pays n’a pas besoin d’un coup d’Etat, une chose qu’il pensait révolue. Pour lui, ce qui s’est passé hier, constitue un retour en arrière, après des années de dictature et de règne sans partage d’Ahmed Ould Taya.

Pour sa part, Ibrahima, un marchand de tissus, qui a préféré fermer momentanément sa boutique, rappelle que ‘le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi Ould Cheikh a été légitiment élu par le peuple mauritanien après des élections libres, transparentes et démocratiques, et cela a été reconnu par son plus farouche opposant Ahmed Ould Daddah et par toute la communauté internationale’. C’est pourquoi, ‘nous réclamons son retour au pouvoir’, ajoute-t-il.

Ainsi, la communauté mauritanienne installée au Sénégal, veut que la République islamique de Mauritanie en ‘finisse avec les coups d’Etat et les communiqués numéro 1’ (Après chaque coup d’Etat, les nouveaux dirigeants sortent un premier communiqué, appelé communiqué n°1, pour signifier à la population qu’ils sont désormais maîtres de leur pays, explique un manifestant).

Cependant, les contestataires ont tenu à faire savoir que cette manifestation n’est que le premier acte pour un retour à l’ordre constitutionnel. En effet, selon Ibrahima Ould, un autre ressortissant installé au Sénégal, ses concitoyens comptent organiser d’autres rassemblements. Et, dans le cadre de leurs protestations, ils vont saisir d’autres représentations diplomatiques, en particulier occidentales, qui, espèrent-ils, seront en mesure de persuader les putschistes à rendre le pouvoir au président démocratiquement élu.

Par ailleurs, expliquant les causes de ce coup de force, ces manifestants estiment que si les généraux ont renversé le régime en place, c’est parce que le président a refusé d’être un pion pour les putschistes. En effet, selon un autre manifestant, ‘les gens soupçonnaient le président d’être le bras politique des militaires’.

Cependant, renchérit-il, une fois arrivé au pouvoir, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a refusé d’être leur marionnette. Et, poursuit-il, ‘depuis qu’il a commencé à prendre ses distances, les militaires ont poussé des parlementaires à quitter le parti présidentiel pour essayer de le déstabiliser’.

Charles Gaïky DIENE

source : Walfadjri (Sénégal)
Vendredi 8 Août 2008 - 11:14
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543