Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

L’AUTOCRATIE AU CHEVET DE LA DEMOCRATIE/ MOURTOUDO DIOP

Nous avons l’impression que notre pays est devenu une jungle de vampires, de l’hypocrisie, de violences, de l’injustice, de corruption, de concupiscence, de magouilles, de pagaille où chaque Zorro galonné, ivre de pouvoir et de l’avoir et de gloire peut au nom de ses fantasmes boulimiques, prétendre à une légitimité poussiéreuse et douteuse, s’emparer du pouvoir pour imposer sa volonté. Des bataillons de hâbleurs opportunistes surgissent de tous côtés, se donnent aux plus offrants en remâchant les mêmes rengaines.


L’AUTOCRATIE AU CHEVET DE LA DEMOCRATIE/  MOURTOUDO DIOP
Notre pays est au fond de l’abîme depuis le putsch du pontife des tribulations qui adopte une indifférence terriblement autistique à l’égard de la communauté internationale et de la résistance héroïque du FNDD qui exigent le retour du Président Sidi libéré, au pouvoir. Pour contourner cet obstacle à leurs ambitions de confiscation du pouvoir, les soudards autocrates du régime ségrégatif ont organisé des prétendus états généraux de la démocratie à partir du 27-12-2008 au 6-01-2009.

Ainsi donc, plus de deux milles approbateurs applaudisseurs serviles, à qui on a promis les diamants de l’espace et les émeraudes du Pacific ont investi le palais des congrès pour partager la cerise et non mijoter sur une sortie de crise.

La télé, la radio, les médias domestiqués et les laudateurs qui vibrillonnent autour du HCE ont transformé ce lieu en un temple dithyrambique et de la bombance.

Pendant dix jours, les invités ont participé dans une atmosphère féérique à ce show politique pour élaborer une feuille de route, du moins de déroute qui fixe la transition, la date des élections, où le général qui s’accroche au pouvoir par tous les moyens se succédera peut-être, à lui-même.

De nombreux partis politiques, non pas des partis cartables, mais des partis sébiles, aux chefs débiles, ont répondu à l’appel pour jouer leurs rôles de guignols politiques. On leur a permis de se défouler, d’aborder des sujets tabous pourvu qu’ils adhèrent à l’objectif fixé d’avance : la légitimation du putsch, l’acceptation de la transition et les élections.

Cette mascarade ou ce massacre démocratique a été dénoncé par le FNDD qui refusa d’y participer.

Même Ahmed Ould Daddah, Président du RFD qui s’était obstiné à soutenir la junte dès le début s’est rendu compte tardivement du bluff et s’est retiré en qualifiant ces assises de « catastrophiques ».

L’assemblée nationale et le Sénat apprivoisés ont entériné ces décisions anachroniques. Où va la Mauritanie avec deux Présidents dont l’un a usurpé le pouvoir ? Le général est pressé. Il manipule, soudoie les élus, les fonctionnaires, les chefs de tribu et la masse famélique.

Il faut réellement être un homme doué d’un sacré aplomb et du toupet de tonnerre pour être sourd aux menaces de l’embargo de la communauté internationale qui plane sur notre pays et qui aggrave inéluctablement sa situation et provoquera sa chute.

La machine est déjà grippée faute de ressources et l’impossibilité de neutraliser ses adversaires dont la résistance s’amplifie de jour en jour. Rien, sauf Allah ne l’arrêtera.

La campagne de dénigrement et d’humiliation orchestrée par la junte contre le Président Sidi ternit son image et celle de ses sbires.

Elle dénote un manque d’honneur, de civilité et de respect de la personne humaine. Quand le chef de la junte quittera le pouvoir, voudra-t-il être traité de la même façon ? Non, c’est indigne ! Ce comportement des Nazis ou des Sions est étranger à nos valeurs culturelles dont nous nous glorifions.

Un dirigeant doit avoir une attitude chevaleresque, et, dans des circonstances tendues, explosives comme les nôtres, il doit agir avec maestria en écartant les démons de la violence par le dialogue avec ses adversaires, même avec ses ennemis. Or, le chef de la junte ne fait pas partie de cette race d’hommes dont l’histoire retiendra leur sagesse, leur pondération, leur ouverture, leur hauteur d’esprit. Il a aggravé la crise, isolé notre pays et provoqué les risques de son implosion. Halte à la pyromanie ! Halte à la désinformation, à l’intoxication, à l’autocratie !

Il faut ouvrir les médiats à un sain débat contradictoire, y compris dans toutes nos langues nationales, car elles sont exclues de la radio de la télévision comme si les Halpulaars, les Wolof, les Sooninké et la minorité des Bambaras dans l’est du pays ne représentaient rien dans ce pays naguère appelé Ganngari où, ils avaient créé de grands empires, Ghana, Tekrour, Mali, qui avaient rayonné à l’échelle planétaire.

Ibn Batouta, Ibn Fetache et tant d’autres savants arabes l’avaient attesté. L’état mauritanien doit aussi respecter ses communautés qui sont les siennes en officialisant leurs langues, et en faire des langues de travail et de gouvernement. Il doit encourager chaque mauritanien à s’éduquer d’abord dans sa langue maternelle, à s’ouvrir à la langue de son voisin et aux langues étrangères. L’état mauritanien doit encourager un métissage culturel et biologique, à instaurer la méritocratie, l’égalité et la justice afin de sauver ce pays des périls qui le menacent.

Par ailleurs, la junte doit autoriser les manifestations, libérer la presse, libérer réellement Sidi et sa famille, lui redonner le pouvoir et non organiser des élections dont seul le général en a besoin.

Il faut libérer immédiatement tous les détenus politiques victimes de « la lutte contre la gabegie » qui n’est qu’un règlement de compte contre ses adversaires. Il faut punir tous les coupables y compris ceux qui sont tapis sous l’ombre du général.

On le voit bien maintenant, les états généraux sur la démocratie n’ont eu aucune retombée positive pour la junte qui se débat entre le marteau et l’enclume. Elle a épuisé ses cartes et s’est enfoncée dans la monotonie, le monologue et l’entêtement et ne compte plus que sur la répression pour assurer sa précaire survie.

Nous avons honte de ce régime qui a accru nos difficultés, les injustices, qui continue de faire de notre pays le dernier bastion de l’apartheid en Afrique de l’Ouest et qui refuse de couper ses relations diplomatiques avec Israël qui massacre horriblement les populations de Gaza en Palestine. Nous condamnons Israël et exigeons la cessation de ces atrocités. Nous demandons à Israël et à la Palestine de dialoguer afin de régler leur lancinante question nationale ; nous demandons à l’état mauritanien de soutenir par tous les moyens les populations éplorées de Gaza, car, nous noirs mauritaniens sommes victimes des mêmes problèmes que les palestiniens. C’est pourquoi, nous sommes réellement solidaires à leur cause. L’état sioniste bâillonne leur liberté depuis la déclaration de Balfour en 1945.

L’état raciste, tribaliste, esclavagiste mauritanien impose par la loi et le fer, une hégémonie ethnique et raciale depuis l’indépendance à nos jours. C’est contre lui seul que nous nous battons, c’est-à-dire contre l’injustice sous toutes ses formes.

Nous sommes aussi « d’autres palestiniens » qui nous solidarisons avec nos frères palestiniens ou autres tant que l’injustice durera.

Accentuons la lutte pacifique. Rassemblons nos forces. Continuons la mobilisation. Tendons la main au RFD et à toutes les forces anti fascistes afin de déboulonner ce régime liberticide.

Avec Allah nous vaincrons !

Nouakchott, le 16 Janvier 2009

Dr Mourtoudo Diop

Président DEKAALEM/RDNM

flamnet .net
Lundi 19 Janvier 2009 - 19:26
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Badiallo le 19/01/2009 19:47
Merçi au grand combattant , au griot des pauvres,tant qu'il y aura des cadres comme vous la Mauritanie s'en sortira!

2.Posté par Boy Pullo le 19/01/2009 20:25
On ne comprend plus ce doyen . il est devenu comme Laye Wade ou Mugabé

3.Posté par DIALLO le 20/01/2009 01:22
BOY PULLO , c'est une insulte de comparer MOURTODO à WADE ce fou furieux. MOURTODO mérite notre respect, il a tout sacrifié, famille , travail , l'argent etc... pour sa communauté.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543