Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les putschistes coupent les vivres à la presse indépendante

Il est maintenant établi que les putschistes cherchent à bâillonner la presse qui ne rentre pas dans les rangs et notamment la presse écrite qui est à leur merci à cause de sa dépendance financière.


Les putschistes coupent les vivres à la presse indépendante
Ces quelques dernières semaines ont vu disparaître de la scène nationale nombre de journaux au moment où d'autres, qui furent des quotidiens, se sont transformés en hebdomadaires ou bihebdomadaires. La raison de cette hécatombe tient au non respect, par la Junte, des engagements et aides auxquels le secteur de la presse avait droit et qui le faisait vivre. Ces aides étaient gérées par la Haute Autorité de la Presse et de l'Audiovisuel (HAPA) et consistaient en des réductions des frais d'imprimerie auprès de l'Imprimerie Nationale qui possède le monopole du secteur. La presse indépendante, surtout celle qui pourrait être critique vis-à-vis du Putsch, est particulièrement touchée.

Il est maintenant établi que les putschistes cherchent à bâillonner la presse qui ne rentre pas dans les rangs et notamment la presse écrite qui est à leur merci à cause de sa dépendance financière.

Pour Mohamed Ould Bakar, Directeur de Publication du quotidien El Alem qui a disparu des kiosques depuis plusieurs semaines après avoir été l'un des titres les plus dynamiques, la presse bénéficiait de facilités accordées par l'Imprimerie Nationale. Ces facilités étaient rendues possibles grâce aux subventions de l'Etat que recevait l'Imprimerie. L'assèchement de ces subventions est à l'origine des difficultés actuelles. Le journal E lAlem, poursuit Ould Bakar qui s'entretenait avec le site El Akhbar, avait choisi une ligne éditoriale traitant les questions de justice et de liberté d'expression. Il s'est, pour cela, trouvé très souvent en opposition avec les gouvernants du moment. Son opposition au Coup d'Etat lui a valu ses difficultés actuelles.

Qant à Monsieur Habibou Allah Ould Ahmed, Rédacteur en chef du quotidien El Vejr, devenue bihebdomadaire, les difficultés du secteur tiennent à l'assèchement des soutiens financiers mais aussi le monopole et le trafic des sources d'information. Par exemple, les communiqués sont transmis à la presse de façon peu professionnelle et donnent lieu à tout un trafic très éloigné de la déontologie de la profession. Il faut être lié aux putschistes soit par la parenté ou par l'allégeance politique si on veut avoir accès aux sources de l'information.

Monsieur Sidi Mohamed Ould Ebbe, Rédacteur en chef d’El bédil, qui paraît quatre fois par semaine après avoir été un quotidien, une explication de la crise pourrait tenir aussi de la médiocrité des titres disponibles. La plupart des titres se nourrissent des articles publiés sur le net. Puisant tous à la même source, les titres finissent par se ressembler et perdre de leur intérêt.

Ce qui est sûr c'est la nécessité, une fois la légalité rétablie, de bâtir une presse indépendante et vigoureuse. Les putschistes ont domestiqué la télévision et la radio. Ils cherchent à faire de même avec la presse écrite.

For-mauritania
Vendredi 30 Janvier 2009 - 12:33
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543