Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

MOHAMED OULD GHADDA Sénateur de Tevragh-Zeina a parlé à Aziz


MOHAMED OULD GHADDA Sénateur de Tevragh-Zeina a parlé à Aziz
Lettre ouverte à Monsieur le Président du Haut Conseil d'Etat
Au nom d’Allah, le Miséricordieux, le Très Miséricordieux.


Monsieur le Président,


C’est grâce à vous que ce peuple a connu la démocratie au moment où il avait impérieusement besoin de ses bienfaits pour sortir des conditions déplorables qu’il vivait dans tous les domaines. Le rôle que vous avez personnellement joué au cours de la précédente période de transition était une source de gloire et de fierté à l’échelle africaine, arabe et internationale où notre pays était cité comme modèle et exemple à suivre en matière de transparence électorale et des libertés publiques, valeurs qui étaient inexistantes auparavant chez nous.


Monsieur le Président,


Je suis sûr que vous avez jusqu’à présent, reçu des vagues, voire un déluge de députés, sénateurs et autres élus ainsi qu’un nombre indéterminé d’acteurs politiques qui vous ont tous recommandé vivement de rester au pouvoir et vous ont dit avec une sincérité apparente, que vous ne devez pas abandonné le pays après l’avoir sauvé et que personne d’autre ne peut le diriger mieux que vous.


Ils vous ont sans doute dit que le sort de la Mauritanie est entre vos mains et que tout le peuple sera avec vous, si vous vous porter candidat et n’attends que cela et qu’il préfère même que vous restiez au pouvoir sans élection comme il l’a exprimé à travers les marches de soutien et par la voix de ses représentants élus.

Ceci en plus des légions d’anciens intellectuels qui cherchent à vous persuader à les rendre comme éminence grise proposant leurs recettes, telles que :

- La Mauritanie n’a pas besoin des occidentaux, mais ce sont plutôt eux qui ont besoin de la Mauritanie.

- Que la démocratie n’est pas une fin en soi et que la Mauritanie n’en a pas besoin, mais elle a plutôt besoin d’un homme, fort qui dirige l’ensemble des Institutions avec fermeté.

Quant à moi, Monsieur le Président et Cher frère, j’ai un autre point de vue à ce sujet. Je vous dis franchement et sincèrement qu’il n’est pas digne de vous de rester au pouvoir avec ou sans élection et qu’il ne vous convient même pas de diriger une période de transition de quatorze mois.

Vous devez plutôt savoir que tous ceux qui vous suggèrent l’une de ces possibilités, ne sont que des ennemis qui se réjouiront demain de votre échec ou des hypocrites qui courent derrière le profit à votre détriment car les résultats ne seront enfin de compte autres que les suivants :

- La perte du mérite convoité que vous avez acquis suite au changement du 03 août 2005.

- Vous serez indexé comme responsable d’un embargo extérieur et une tension à l’intérieur, rien que pour rester au pouvoir.

- Vous aboutissez au résultat inéluctable de cette impasse après avoir tout perdu.

En ce moment, vous verrez les députés, les sénateurs, les acteurs politiques, les intellectuels et toute l’élite précitée, se démarquer de vous et vous faire porter la totale responsabilité de ce qui s’est passé. Ils inventeront même d’autres faits pour vous accabler comme ils l’ont fait pour tous vos prédécesseurs.

Vous convenez avec moi que tout ce que vous avez écouté comme éloges et expressions d’attachement à votre personne en tant que meilleur président dont la Mauritanie ne peut se passer en aucun cas, ne représentent même pas 1% de ce qui a été dit à Maaouiya lorsqu’il était au pouvoir.

S’agissant de la durée de la période de transition (quatorze mois) ça ne changera rien dans la situation des dossiers de malversation accumulés durant plus de deux décennies, ça aura même l’effet contraire d’encourager chaque militaire à faire son propre coup d’état, chose que vous devez éviter, sachant que l’organisation des élections ne durera que quarante cinq jours sous la présidence du président du Sénat, conformément à la Constitution.

C’est la solution qui se présente actuellement et il est de notre devoir tous – y compris le président Sidi – de faire des sacrifices pour son application dans l’intérêt de la Mauritanie.

Monsieur le Président,



Avant de terminer et compte tenu de votre engagement devant le peuple mauritanien de respecter les principes démocratiques, j’attire votre attention sur ce qui suit :

- Que la domestication des médias est contraire de la liberté d’opinion : les instructions d’ouverture des médias que vous avez données depuis plus de vingt jours n’ont eu aucun effet jusqu’à présent.

- Que la chasse aux adversaires n’est pas une pratique démocratique : Les menaces proférées contre le Président de l’Assemblée Nationale et au Président du Sénat et ce qui est arrivé au Président du Conseil Economique et Social ne contribue pas à la paix sociale.

- Que la débauche du Parlement ne relève pas de la transparence : Vous n’avez pas jusqu’à présent informé le peuple mauritanien de la réalité des corruptions perçues par les Députés et les sénateurs ni l’identité des établissements publics ayant fait l’objet de marchandage.

Nouakchott, le 22/09/2008

MOHAMED OULD GHADDA
Sénateur de Tevragh-Zeina.

source:cridem
Mardi 23 Septembre 2008 - 09:43
Mardi 23 Septembre 2008 - 09:50
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589