Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie: le chef de la junte rejette l'ultimatum de l'Union africaine


Mauritanie: le chef de la junte rejette l'ultimatum de l'Union africaine
NOUAKCHOTT (AFP) — Le chef de la junte au pouvoir en Mauritanie depuis le coup d'Etat du 6 août, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, a annoncé samedi qu'il rejetait l'ultimatum de l'Union africaine pour un "retour à l'ordre constitutionnel" avant le 6 octobre.

"La position de l'Union africaine (UA) n'est ni constructive, ni positive. Elle ne sert pas les intérêts supérieurs du peuple mauritanien", a-t-il déclaré à la presse après avoir visité le plus grand hôpital de Nouakchott.

Un retour au pouvoir du président renversé, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, notamment exigé par l'UA, est "irréaliste et illogique", a-t-il martelé. "C'est un ancien président. Un point, c'est tout, nous ne pouvons pas revenir en arrière", a-t-il lancé.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA avait, le 22 septembre, "exigé le retour à l'ordre constitutionnel par le rétablissement inconditionnel de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, président de la République islamique de Mauritanie, dans ses fonctions, à la date du 6 octobre 2008 au plus tard".

Dans un communiqué très ferme, l'UA avait mis "en garde les auteurs du coup d'Etat et leurs soutiens civils contre les risques de sanctions et d'isolement qu'ils encourent au cas où ils ne répondraient pas positivement à cette exigence".

Elle avait "exprimé sa grave préoccupation devant le fait que, malgré les efforts déployés à ce jour, aucune avancée n'a été obtenue sur la voie d'un retour rapide à la légalité constitutionnelle".

Samedi, dans une déclaration à la presse, un fait très rare depuis son coup de force, le chef de la junte a admis que la situation créée par le putsch contre le premier président démocratiquement élu du pays, était "anomale".

"Nous sommes effectivement dans une situation anormale en l'absence d'un président élu", a-t-il indiqué. Mais "il faut reconnaître que tout le reste des institutions constitutionnelles (Assemblée nationale, Sénat...) fonctionne normalement", a-t-il estimé.

"Nous oeuvrons actuellement à organiser des journées de concertation auxquels participeront toutes les parties en présence, partis politique, société civile, partenaires étrangers qui acceptent d'aider notre pays à sortir de la situation actuelle", a-t-il souligné.

"Ces journées seront suivies d'élections présidentielles qui permettront au pays de retrouver une situation normale, c'est-à-dire un président élu", a-t-il affirmé, sans toutefois préciser de date pour le scrutin.

Après une attaque le 14 septembre contre une patrouille militaire, revendiquée au nom d'Al-Qaïda et qui avait fait 12 morts, le chef de la junte a réitéré samedi son engagement dans la lutte contr le terrorisme.

"Nous sommes déterminés à faire face au terrorisme, à défendre notre pays avec force et offrir la paix et la sécurité à nos citoyens", a-t-il déclaré. "L'armée n'avait pas les moyens de faire face aux attaques barbares et injustifiées qu'elle vient de subir", a-t-il toutefois admis.

"Cependant, les hautes autorités et la direction de l'armée sont en train de prendre les mesures nécessaires. Nous avons les moyens de moderniser notre armée et de la préparer de façon efficace", a-t-il conclu.
Samedi 27 Septembre 2008 - 23:09
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 556