Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Présidentielles Mauritanie : le passif humanitaire s’invite dans les débats pour la campagne


Les veuves et orphelins des 28 soldats assassinés par l’armée à la base d’Inal en 1990 ainsi que les rescapés militaires et civils s’inquiètent du silence des autorités de Nouakchott sur le règlement du passif humanitaire.



Ces ayants droits et victimes des atrocités du régime de Ould Taya de 1989 à 1993 entendent s’inscrire dans le débat à quelques jours de la campagne présidentielle. Ils pointent l’opacité du passif humanitaire au niveau de la commission des droits de l’homme sur la question de réparations des victimes.

Les observateurs rappellent que des tractations sont toujours à l’ordre du jour au niveau de l’Etat mauritanien qui veut gagner du temps en attendant le scrutin du 29 juin prochain. Cet épineux dossier du passif humanitaire est sans aucun doute pris au sérieux l’opposition dont les candidats sont ouverts à une solution qui passe par la justice non transactionnelle édictée par Ould Ghazouani. Ce lourd contentieux est dans une impasse politique depuis 1993 à cause de la loi d’amnistie qui empêche de traduire devant la justice les criminels présumés de l’armée. L’ancien président Ould Aziz avait clos ce dossier. Et Ould Ghazouani piétine depuis 2019 en voulant une réparation pécuniaire qui exclut vérité et réconciliation. De la résolution de ce règlement dépend la bonne cohabitation entre les différentes composantes nationales.


Cherif Kane

Source : Kassataya
Samedi 8 Juin 2024 - 11:51
Samedi 8 Juin 2024 - 11:56
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7