Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Retour des réfugiés négro-mauritaniens : Ce n’est pas la grande affluence

Les réfugiés négro-mauritaniens vivant au Sénégal sont autorisés à rentrer dans leur pays. Cependant, les gens ne se bousculent pas pour prendre le chemin du retour.


Malgré les promesses et les dispositions prises par les nouvelles autorités mauritaniennes pour faciliter un retour des réfugiés négro-mauritaniens chassés de leur pays en 1989, le nombre de réfugiés à avoir pris le chemin du retour reste encore très faible. ‘C’est un retour au compte-gouttes’, souligne Ibrahima Wone, réfugié et membre du comité pour le retour des réfugiés mauritaniens. Ainsi, depuis le début de rapatriement volontaire organisé par le Hcr et les autorités mauritaniennes, il y a quatre mois, à raison de deux vagues par semaine, moins du 1/5 des réfugiés sont repartis. ‘Seuls 4 138 sont rentrés en Mauritanie, sur plus de 20 000 réfugiés recensés par le Haut commissariat pour les réfugiés (Hcr)’, a déclaré M. Wone, hier au cours d’une conférence de presse au siège de la Raddho.

Mais si les réfugiés ne se bousculent pas pour rentrer chez eux, c’est d’abord, parce qu’il y a ceux qui sont définitivement intégrés dans la société sénégalaise et qui souhaitent rester définitivement dans leur pays d’accueil. Il y a, en plus, ceux qui préfèrent attendre et d’autres qui trouvent que toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour un retour en Mauritanie. D’ailleurs, souligne Ibrahima Wone, parmi ceux qui ont décidé de renter, certains n’ont pas recouvré leurs terres et d’autres n’ont pas encore reçu leurs pièces d’Etat civil, conformément à l’accord tripartite. En effet, selon l’article 16 de cet accord, ceux qui sont rentrés devraient recevoir leurs documents d’Etat civil dans les trois mois. Car, au-delà de ce délai, les réfugiés ne sont plus pris en charge par le Hcr.

Cependant, si la plupart ne se sont pas encore décidés à quitter le Sénégal, c’est parce que, contrairement à beaucoup de pays africains, leur pays d’accueil montre une très grande tolérance vis-à-vis des réfugiés. En effet, il n’existe pas de camps de réfugiés au Sénégal. Ce qui permet à ces derniers de se déplacer facilement dans tout le pays. En plus, le Sénégal applique le principe du non refoulement.



C. G. DIENE

Walf
Lundi 23 Juin 2008 - 09:30
Lundi 23 Juin 2008 - 09:32
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589